Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

  •   Habib Ferhi
  • lundi 10 juin 2013 03:35

 SalairesA l'Onedd, l'égalité des salaires est presque réalisée (dr)

A l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable, un établissement public à caractère industriel et commercial, l’ingénieur, l’agent de sécurité et la femme de ménage touchent à peu près le même salaire. Grogne et conflit social annoncé.

 

 

Le bureau du syndicat de d’entreprise, affilié à l'UGTA, a saisi le 4 juin dernier, la Direction Générale d’une série de revendications et a demandé une  réunion de «concertation» en vue de la révision de la convention collective. Pour le moment, sans  aucune réaction. Les syndicalistes qui dénoncent des conditions de travail jugées insupportables (bas salaires, manque d’hygiène, mobilier de bureaux et équipements informatiques obsolètes, etc.),  n’écartent pas le recours, sous peu, à une action de protestation. Ils revendiquent  «l’amélioration des conditions du travail, la revalorisation des salaires suivant les décrets promulgués en 2008, des rappels suite à l’alignement de la grille des salaires depuis l’augmentation du salaire nationale minimum garanti (SNMG), la formation continue, des promotions à la mesure des compétences et de l’ancienneté, la mise en place d’un système de communication à même de permettre aux personnels technique et administratif de l’activité de l’organisme et de bénéficier d’œuvres sociales et d’une médecine du travail.». 

 Entre l’ingénieur et la femme de ménage : 3000 dinars

 Les salaires au sein de l’ONEDD dépassent à peine le SNMG et un ingénieur n’est que légèrement mieux loti que la femme de ménage. La différence dans le net à payer entre les deux catégories d’employées n’est que de 3 000 DA. Ainsi, un ingénieur d’Etat –dans les spécialités sur lesquelles se répartit le personnel technique de l’organisme–, touche 22 000 DA/mois au moment que l’aide comptable, l’agent de sécurité et la femme de ménage ont un salaire de 19 000 DA, soit 1 000 DA de plus que le SNMG qui est de 18 000 DA depuis 2008.  Créé par décret exécutif n°02-115 du 03 avril 2002, l’Observatoire National de l’Environnement et du Développement Durable, a été mis en place afin de répondre aux nombreuses questions sur l’impact grandissant des activités humaines et industrielles sur l’environnement. C’est un élément du dispositif mis en place par l’État pour exécuter la politique environnementale dans le cadre de la Stratégie nationale pour l’environnement (SNE) et le Plan National d’Action pour l’Environnement et le développement durable. Entre autres missions dont il a la charge, «la gestion des réseaux d’observation et de mesure de la pollution et de surveillance des milieux naturels, qui lui confère la possibilité d’assurer le contrôle des rejets liquides déversés par les différentes unités industrielles dans les milieux naturelles et déterminé ainsi la charge de pollution au niveau des cours d'eau, des sédiments et des biotes.». L’ONEDD est impliqué aussi dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de protection du littoral et de valorisation de ses ressources. Grâce à son réseau de surveillance, il intervient à différents niveaux: «des eaux côtières, par la surveillance de la qualité physicochimique des eaux de baignade durant toute la saison estivale et des eaux de mer par la détermination de la pollution marine provenant de sources et activités situées à terre.».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article