Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

C’est connu, le nord de l’Algérie est sismique, mais la plupart des secousses ne sont pas ressenties.



 

Ça bouge et c’est tant mieux, nous dira-t-on au Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag). Le 5 mars, on enregistrait une secousse tellurique de magnitude 3 sur l’échelle de richter a été enregistrée à 11 km de Kherrata, et une autre de 2,7 de magnitude à 7 km de Jijel, le 6 mars. Le 27 février, c’est Boumerdès qui a tremblé à 2,8 une première fois, puis à 2,4, une seconde fois. La Mitidja n’est pas en reste, puisqu’en février, on a enregistré une secousse d’une magnitude de 2,6 à Blida. Qu’on se rassure, nous sommes loin de la faille qui a fait trembler Haïti et le Chili ces dernières semaines sans que l’on puisse préjuger de ce que nous réserve notre faille à nous. Coincée entre la plaque eurasiatique et la plaque africaine, « l’Algérie est constamment en mouvement.

Sur tout le territoire, on enregistre une moyenne de 60 secousses par mois. Et combien en a-t-on ressenties ? ». « II faut savoir que cela ne dépend pas toujours de la magnitude, même si on peut dire qu’à partir de 3,5, tout le monde ressent la secousse. En dessous, cela dépend si elle a lieu en plein jour ou durant la nuit, de la profondeur, de sa direction, de son sens... La nature du sol compte également beaucoup, selon qu’il soit rocheux, sableux ou argileux. Autant d’indicateurs qui permettent de nuancer la sensation et l’impact d’une secousse tellurique », explique Sid Ali Haned, chef de service de la surveillance sismologique du Craag Les tremblements de terre qui ont touché Haïti et le Chili ont-ils libéré suffisamment d’énergie pour qu’en Algérie, nous soyions tranquilles durant quelque temps ?(...)   Lire la suite: http://www.elwatan.com/





Par Zineb A. Maiche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article