Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara






L’Algérie et la Tunisie vont signer un mémorandum d’entente et des accords de coopération dans le domaine de l’agriculture, les ressources et la pêche. L’occasion de booster le partenariat bilatéral, même dans le domaine de la cartographie agricole, la lutte contre les incendies…
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - «Nous devons réaliser ensemble des cartes de géographie agricole.» C’est ce que le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, Abdessalam Mansour, en visite de travail en Algérie, souhaite. M. Mansour a visité lundi dernier l’Institut national des sols, l’irrigation et le drainage (INSID) et la station de recherche de l’Institut national de recherche agronomique d’Algérie (INRAA), situés à El- Harrach et à Baraki à Alger et relevant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural. L’hôte tunisien a ainsi apprécié les réalisations en cours dans le domaine de la cartographie, notamment celle des zones de gel, ainsi que l’amélioration et protection des espèces, appelant à poursuivre en commun ces actions. Un intérêt que M. Mansour a également réitéré lors de sa visite à l’Institut technique de l’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAF), implanté à Tessala-El Merdja, ainsi qu’à des exploitations arboricoles et apicoles de la wilaya de Blida. L’occasion pour l’hôte tunisien d’appeler à renforcer l’intégration et le partenariat bilatéral, l’échange d’expertises et même l’investissement en commun, dans les domaines de l’agriculture, les ressources en eau et la pêche. En ce sens, un mémorandum d’entente et des protocoles d’accord seront prochainement signés entre les deux pays dans ces domaines. Il s’agit d’intensifier la coopération «spontanée», dira M. Mansour, la complémentarité et le partenariat bilatéral. Ce qui couvre la recherche agronomique et phytosanitaire, la lutte contre les maladies d’ordre biotique (bayoudh, notamment), la lutte contre les incendies dans les zones transfrontalières, la fertilisation, la modernisation agricole… Et d’autant que la Tunisie est fort avancée en matière de mobilisation et d’économie de l’eau, de traitement des eaux usées, d’utilisation du semi-direct dans l’agriculture, d’agriculture biologique, de production de miel biologique, de concession du foncier agricole, et que l’Algérie innove en matière de dessalement de l’eau de mer, lancement de projets de développement rural intégré, l’oléiculture notamment dans les zones sahariennes, la production d’agrumes et la viticulture… À charge cependant que les opérateurs économiques des deux pays développent davantage l’entrepreneuriat au plan bilatéral, profitant d’un climat des affaires censé être favorable. Relevons que la visite du ministre tunisien de l’Agriculture coïncide avec la tenue à Alger des travaux de la 31e session de l’assemblée générale de l’Organisation arabe pour le développement agricole (OADA).
C. B.




Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/04/28/article.php?sid=99236&cid=2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

environnement afrique 13/03/2011 08:48



Heureux de voir que certains pays africains prennent le taureau par les cornes pour s'attaquer à un problème angoissant pour l'humanité