Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

ofondeJeudi, 07 Juin 2012 09:50Facebook Imprimer Envoyer Réagir

AÏN TÉMOUCHENT

L’économie verte à l’honneur

Par : M. Laradj

Le Forum national sur les métiers de la croissance verte sous le thème “Une économie verte pour des métiers verts”, organisé mardi par la direction de l’environnement au centre universitaire de Aïn Témouchent, a été une occasion pour les experts en la matière et les universitaires de débattre de la politique de sa mise en place à travers la présentation de nombreuses communications. 

Selon Seif El-Islam Benmansour, directeur local de l’environnement, “dans sa vision future du développement, l’Algérie entend donner au secteur de l’environnement une place et une dimension à la mesure de ses potentialités et de ses atouts en attente de valorisation”. Il s’agit désormais d’encourager l’esprit de création et d’innovation dans un domaine qui requiert seulement la définition d’une démarche concertée et organisée pouvant permettre de doter les territoires d’une économie alternative durable consacrée à l’emploi vert au service du développement. 
L’environnement et toutes ses alternatives inexploitées représentent une ressource et un vecteur de développement stratégique, qui impose la nécessité de se doter d’ores et déjà d’un cadre adapté à un tel enjeu. À cet titre, le conférencier précisera qu’“une réelle prise de conscience nationale existe, l’économie verte n’est plus un choix, c’est un impératif que la durabilité du développement décline et impose automatiquement, il reste à assurer sa culture, sa promotion et son enracinement dans les économies locales à conforter. C’est en fait un véritable plan vert qu’il s’agit de formaliser, de mettre en place dorénavant dans le cadre des plans de développement avec comme objectif d’initier des activités locales stables et durables”.  
Pour sa part, un manager d’une entreprise verte basée à Sidi Bel-Abbès a révélé à l’assistance que “pas moins de 440 communes steppiques pour une superficie globale estimée à 20 millions d’hectares vont devoir bénéficier de l’installation d’un système solaire photovoltaïque, dans le cadre du programme de lutte contre l’exode rural élaboré par le ministère de l’Agriculture. La population ciblée est évaluée à plus de 7 millions d’habitants, alors que le patrimoine animal est estimé à 14 millions de têtes ovines qu’il faut préserver.” Il s’agit en fait de doter les foyers ruraux et les kheïmas de ce genre d’installation d’énergie renouvelable “permettant de fixer les éleveurs pour assurer l’autosuffisance en viandes rouges, et par ricochet préserver la production”, conclut-il. 

 

 

Ps: "J'ai fait partie des intervenants de cette conférence...Un compte rendu complet très bientôt sur Nouara"

Karim Tedjani

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article