Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Ecolo Nouara

 http://www.maghrebemergent.com/

 

Par Sunniva Rose/

jeudi 3 octobre 2013 08:50

Algérie - 200 millions de m3 d'eau dessalée pour la station de Béni Saf.

 

En célébrant mardi son 200 millionième m3 d’eau de mer dessalée, les responsables de la station de dessalement d’eau de mer de Beni Saf, ont tenu à souligner l’impact positif de cette unité sur les wilayas de Aïn-Témouchent et d’Oran.

 

Discrètement placées sous terre à un kilomètre de la plage de Chatt el Hillal, les 11 pompes de la station de dessalement de Beni Saf absorbent tous les jours assez d’eau de mer pour produire 200. 000 m3 d’eau potable par jour, dont 70% est distribuée à Oran et le reste à la wilaya de Aïn Témouchent. Près de 400.000 personnes sont ainsi desservies quotidiennement en eau potable.

C’est une transformation significative pour la région qui, il y a quelques années, peinait à alimenter sa population en eau potable. Avant la mise en service de la station en 2009, près de 30% des habitants de Aïn-Témouchent ne recevaient de l’eau qu’un jour sur deux, voir un jour sur trois ou sur quatre. Aujourd’hui, 90% d’entre eux sont approvisionnés 24h/24.

Largement subventionnée par l’Etat, l’eau traitée est vendue 54 dinars le m3 à l’Algérienne des Eaux (ADE) par la Beni Saf Water Company, une joint-venture entre l’espagnol Geida et l’entreprise publique Algerian Energy Company. « Avant l’exploitation, les pénuries en eau forçaient la population locale a payer parfois 700 dinars le m3 d’eau apportées dans des citernes», souligne Mohamed Chaffi, directeur général adjoint de la station de Beni Saf. En outre, la mise en activité de la station de dessalement a permis de libérer l’eau des deux barrages avoisinants à des fins agricoles.

L’osmose inverse

Comme 95% des autres usines de dessalement en Algérie, l’eau de mer pompée à Beni Saf est transformée en eau potable grâce à la technique de l’osmose inverse. Friande d’énergie, cette technique consomme 22 millions de kW par mois. « La consommation d’énergie est relativement basse en comparaison avec les autres techniques de dessalement, » tempère Mohamed Chaffi, ce qui explique sa popularité auprès des exploitants.

Pompée entre 8 et 18 mètres de profondeur, l’eau de mer traverse des membranes, composées essentiellement de polyester, sous une forte pression de 65 bar. Celles-ci, au nombre de 18 000 à la station de Beni Saf, séparent le sel de l’eau de mer. L’eau distillée est ensuite nettoyée par un passage dans des citernes de sable et de charbon, avant d’être reminéralisée grâce à du calcite, afin de la rendre propre à la consommation humaine.

La saumure, c’est-à-dire l’eau salée non utilisée, est rejetée dans la mer, à 500m des côtes. Bien qu’elle soit deux fois plus salée que l’eau de mer, son rejet n’a pas d’impact négatif pour l’environnement, explique M. Chaffi. « Dès 50 m du point de rejet, l’eau de mer a une salinité normale. La saumure créé même un environnement poissonneux ». Une aubaine donc, selon lui, pour les pêcheurs de la région de Beni-Saf, dont le port est l’un des plus importants d’Algérie.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article