Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

 

La Tribune (Algiers)

Un volume global de 286 000 tonnes de déchets a été enlevé à Blida, depuis le lancement de la campagne de réhabilitation de l'environnement et des espaces publics de la wilaya en septembre dernier, rapporte l'APS qui cite le secrétaire général de la wilaya, Moussa Ghelay.

«Des efforts continuent cependant à être déployés pour l'éradication de la totalité des points noirs recensés à travers la wilaya», a indiqué M. Ghelay lors de la réunion hebdomadaire consacrée à l'évaluation de la mise en œuvre de cette campagne, tenue au siège du la wilaya.

Dans le tour de table pour faire le point de la situation, le chef de la daïra d'El Affroun fera état de l'éradication sur le territoire de sa circonscription de 13 points noirs sur 29 recensés, dont la décharge anarchique de Bouroumi, qui «constituait une véritable plaie pour l'environnement local», dira-t-il.

«Un volume de 10 693 tonnes d'ordures a été enlevé au niveau de cette daïra depuis le début de cette opération de salubrité publique», a-t-il ajouté.

Le directeur de l'entreprise publique de collecte et traitement des déchets ménagers et solides de la ville de Blida précisera que durant la semaine écoulée, les services concernés sont intervenus au niveau de 13 sites, où il a été procédé à la levée de 205 tonnes d'ordures ménagères et 16 m3 de déchets solides.

Après avoir fait le point sur la collecte des ordures et la lutte contre les décharges sauvages, les responsables se sont penchés sur la campagne d'aménagement et amélioration de l'environnement urbain des établissements publics de la wilaya pour examiner les avancées accomplies et les écueils rencontrés.

A ce propos, le secrétaire général de la wilaya insistera auprès du directeur de l'entreprise publique de gestion des espaces verts, afin de parachever les travaux de boisement des bordures de la route menant vers Soumaa, ainsi que ceux de création d'espaces verts à la cité Driouèche de la commune de Bouarfa.

 

Le chef de la daïra de Blida et le directeur de l'entreprise d'assainissement et d'entretien de la voirie seront, quant à eux, instruits pour travailler de concert sur le recensement et la localisation de toutes les rues en mauvais état, en vue de la prise en charge des travaux de réfection, et ce après une étude technique qui déterminera les travaux éventuels nécessaires ainsi que leur coût financier.

Par ailleurs, dans un autre chapitre, Blida vient de lancer une campagne de sensibilisation contre les risques liés aux accidents industriels.

Avec pour slogan «la Protection civile et son rôle dans la prévention et la sécurité au sein des entreprises industrielles», cette campagne qui est encadrée par la Protection civile de la wilaya de Blida, concerne l'ensemble des sociétés industrielles opérationnelles à travers la wilaya, a indiqué le chargé de la communication de la protection civile, le lieutenant Adel Ezzraimi, cité par l'APS.

Il a signalé que l'opération englobe, entre autres, l'organisation d'exercices de simulation au niveau des entreprises concernées, sur notamment les moyens d'éviter les risques d'accidents et d'adopter les réflexes idoines en cas de leur survenue.

Selon le même responsable, les cellules de sécurité et de prévention desdites entreprises sont «les premières concernées par cette campagne de sensibilisation, du fait qu'elles sont aux premières lignes lors de la survenue d'accidents».

Il a estimé que la programmation de cette manifestation préventive «est fort justifiée», surtout quand on sait que la wilaya a enregistré de nombreux accidents industriels, ces derniers temps, dont le dernier en date fut l'incendie déclaré à l'unité de pâte alimentaires Sosemie, qui avait fait de grands dégâts.

«Cette campagne a pour objectif de réduire et de limiter les risques d'accidents au sein des entreprises industrielles, d'autant plus que ces dernières (entreprises) sont dotées de tous les équipements nécessaires pour faire face, notamment aux incendies, qui représentent le premier risque auquel elles peuvent être confrontées», a souligné l'officier de la Protection civile.

«Malheureusement les agents chargés de la sécurité et de la prévention au sein des ces entreprises semblent, parfois, ne pas avoir la qualification requise pour remplir leur rôle», d'où l'obligation faite aux chefs de ces entités de «les former en la matière et de bien faire la distinction entre le métier de gardien et celui de chargé de la sécurité et de la prévention», a insisté le lieutenant Ezzraimi.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article