Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

APS samedi 2 novembre 2013 17:08

 

La culture du covoiturage fait timidement ses débuts dans la région ouest du pays, avec des adeptes qui tiennent à propager cette culture "économique et écologique".

 

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le covoiturage est l’utilisation conjointe et organisée, à la différence de l’auto-stop, d’un véhicule par un conducteur non professionnel et un ou plusieurs tiers passagers, dans le but d’effectuer un trajet commun.

A Oran, l’APS s’est rapprochée de quelques covoitureurs dont Kamel, un trentenaire, chef d’entreprise qui a tout de suite adhéré au concept. Il publie régulièrement des offres de covoiturage à Oran (entre Bir El Djir et la place Hoche, au centre-ville) et des offres pour un long trajet, Oran-Tlemcen notamment.

Kamel, qui a fait ses études en France, connaît bien le concept développé dans ce pays surtout pour les longues distances. Découvrant l’un des deux sites algériens proposant ce service, il été parmi les premiers à publier des offres.

Le concept n’est pas très connu à Oran, ni dans les autres régions du pays, "ce qui fait la rareté de réponses", a estimé Kamel qui propose des places dans son véhicule à 200 DA pour le trajet Oran-Tlemcen, soit la moitié du tarif que pratiquent les taxis.

Zahir, le dirigeant de la boite qui a créé le site "Coorsa.com" publiant des offres et demandes de covoiturage depuis 6 mois, rejoint l’avis de Kamel, considérant que peu de gens connaissent ce service.

Les avantages du covoiturage sont multiples. Il répond aux trois thématiques essentielles du développement durable : le social, l’environnement et l’économie.

Si des covoitureurs se lancent dans l’aventure pour des raisons économiques, tous s’accordent à dire qu’ils y apprécient la convivialité. C’est le cas de Yacine, qui a utilisé à quelques reprises les services de "Nroho.com" pour aller à Alger.

"Je viens d’achever mes études et je n’ai pas encore un travail. C’est donc pour des raisons économiques que je me suis essayé au covoiturage la toute première fois. J’ai fait à deux reprise le trajet Oran-Alger avec la même personne, un cadre très sympathique d’une trentaine d’années, avec qui le courant est tout de suite passé", a-t-il confié.

En plus d’être économique, covoiturer est écologique étant donné qu’il réduit les émissions du CO2.

Le concept du covoiturage trouve plus d’adeptes dans les régions Ouest et Centre du pays, a affirmé Zahir, l’intérêt à la pratique n’étant que très faible dans l’Est et le Sud.

Le site compte, depuis sa mise en ligne en mai dernier, quelque 600 abonnés, précise Zahir. Les actifs ne sont toutefois que quelques dizaines. "La promotion du site et de la pratique du covoiturage est la priorité du moment", a-t-il encore souligné.

Le covoiturage n’est toutefois dépourvu d’inconvénients. La montée de la violence et les réseaux de trafic des voitures volées peuvent dissuader beaucoup de personnes à offrir ou à demander le service.

La seule garantie qu’offre le sire c’est l’identification par les numéros de téléphone exigés lors du remplissage en ligne du formulaire d’adhésion.

S’agissant de ce point, Kamel s’est dit "peu inquiet", car le service n’est connu pour l’instant que parmi une certaine catégorie de personnes, des étudiants et des jeunes cadres notamment.

 

 

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article