Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Par | mai 26, 2013 9:42

 


Plusieurs secousses telluriques ont ébranlé différentes régions du pays au cours des dernières semaines et semé un vent d’inquiétude au sein de la population.

 


 Selon M. Chelghoum, expert international, professeur à l’USTHB en génie parasismique et directeur de recherche au service parasismique, les séismes sont imprévisibles, récurrents dans la zone de forte activité sismique qu’est le nord du pays. Pour le professeur Chelghoum qui est aussi président du club des risques majeurs, l’urgence est plutôt à la prévention qui doit être sérieusement prise en charge et programmée par les autorités concernées et les différents intervenants. «Je ne veux pas être alarmiste, mais l’activité de ces derniers jours est préoccupante et je donne des avis réalistes.


Ceci en plus du fait qu’en sismicité, tout est aléatoire. Il faut savoir qu’on ne peut prévoir la survenue d’un séisme. Le plus urgent donc est d’axer plutôt les efforts sur la prévention et les constructions répondant aux normes parasismiques», a expliqué l’expert. Il notera, en outre, que l’Algérie est loin d’être outillée pour faire face à un grand séisme.


Il faut une réflexion sur une stratégie de prévention fiable, et cela incombe aux institutions de l’Etat. «Malheureusement, actuellement, il n’y a que des corrections de manière superficielle», a expliqué le professeur Chelghoum.


Il rappellera le fait que la réglementation parasismique n’est pas adaptée en Algérie. «Il est important que les constructions soient réalisées selon les normes et qui pourront donc résister à une forte activité sismique. Il s’agit là notamment du génie parasismique. C’est la grande problématique», a souligné le professeur Chelghoum.


Au cours des derniers jours donc et exactement lors de la date-anniversaire du tremblement de terre qui a secoué la région de Boumerdès en 2003, une activité sismique au niveau de plusieurs régions du pays vient rappeler la fragilité du nord du pays et des grandes villes, notamment devant une forte secousse tellurique.


Pour leur part, les spécialistes du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) expliquent que l’activité sismique est normale et régulière pour ces régions du pays puisqu’il s’agit d’une activité sismique continue. Ils ont aussi, à maintes reprises, précisé que la moyenne nationale est de 80 à 60 secousses à faible magnitude par mois. Quatre secousses ont été ainsi enregistrées au cours des dernières semaines avec le séisme qui a touché ce jeudi la région de Tablat d’une magnitude de 4,5 sur l’échelle de Richter.


Trois jours à peine avant, la région de Béjaïa a connu un séisme de 5,5 sur l’échelle de Richter, le 4 mai dernier Oran a enregistré une secousse de 3,2 sur l’échelle de Richter. Cette secousse a été précédée par une autre à l’ouest du pays, exactement à Mostaganem qui a enregistré un séisme de 4,7 sur l’échelle de Richter.

 

Lu sur Le Soir d’Algérie 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article