Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

 

 

 

 

 

 

 


gaz-de-schisteFruit d’un long processus, l’Algérie a franchi le cap de l’exploitation du gaz de schiste avec l’annonce le mois dernier du forage d’un  premier puits à Ahnet, dans la région d’In Salah. L’exploitation de cette fameuse source énergétique est fortement prometteuse en raison des colossales réserves dont dispose l’Algérie. Néanmoins, elle est sujette à caution à cause des dangers qu’elle fait courir sur l’environnement et l’absence de législation à son sujet.
Tout a commencé avec une étude de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) estimant la réserve algérienne en gaz de schiste à 2 500 milliards de mètres cubes exploitables. Les autorités algériennes ont bien saisi l’intérêt que représentait cette richesse. En avril 2011, la Sonatrach et le groupe italien ENI ont conclus un accord par lequel le groupe italien s’engageait à investir plus de 12 milliards de dollars sur les 5 années à venir la recherche des gisements. D’autres compagnies pétrolières étrangères, partenaires de longue date de la Sonatrach telles que Total ou la Royal Dutch Petroleum, se révèlent également particulièrement intéressées. Mais l’exploitation du gaz de schiste se fait par fracturation hydraulique, une technique onéreuse et polluante. De plus, en déstabilisant la couche du sous-sol, elle est susceptible de provoquer des séismes.
Décidée en décembre dernier, une révision de la loi sur les hydrocarbures par le Parlement doit se faire cet automne. Le gaz de schiste aura alors une place de choix dans la détermination des règles de partenariat entre Sonatrach et les compagnies étrangères et la mise en œuvre du système fiscal en ce qui concerne les produit
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article