Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

SAMEDI, 17 NOVEMBRE 2012 19:24 

La fédération nationale des exportateurs des déchets ferreux et non ferreux (FNEDF) a appelé samedi à Alger à la nécessité de lever la décision portant sur l’arrêt de l’exportation des déchets ferreux et non ferreux (FNEDF), et proposé une série de mesures visant la réglementation et la restructuration de ce secteur en vue de le rendre plus efficace pour l’économie nationale. Le président de la FNEDF, M. Kessai Mohieddine a exprimé au cours d’une conférence de presse son "étonnement" quant aux deux arrêtés promulgués en 2009 et 2010 portant sur la suspension de l’exportation des déchets ferreux et non ferreux, affirmant que la fédération ignore jusqu’à présent les considérations ayant conduit à une telle décision "d’autant qu’une partie infime de ce produit industriel est consommé localement", a-t-il indiqué. M. Kessai a ajouté que l’Algérie produit 600.000 tonnes de déchets ferreux par an alors que les usines sidérurgiques en Algérie n’en consomment par an que 30.000 tonnes, le reste étant destiné à l’exportation. Le président de la FNEDF a estimé que "ces mesures injustes ont eu un impact négatif sur le secteur du fait de la multiplication du nombre de nouveaux chômeurs, du stockage de ce produit et du manque à gagner du trésor public de sommes importantes de devises.

L’arrêt subit de l’exportation des déchets ferreux a généré des conflits commerciaux entre les opérateurs nationaux et les opérateurs étrangers, étant donné que les opérateurs nationaux n’ont pas honoré les clauses des contrats signés avec eux et les opérateurs économiques étant incapables de s’acquitter de leurs créances vis-à-vis de l’administration des impôts et de la caisse de sécurité sociale, outre la croissance du trafic. M. Kessai a cité une série de propositions présentées par sa fédération pour réorganiser et restructurer ce secteur, parmi lesquelles la création d’une commission chargée de l’exportation des déchets ferreux et non ferreux dont la tache sera de superviser la transformation et l’exportation de ce produit, d’établir un climat de concertation et de dialogue entre ses membres sur les questions liées aux opérations de commerce extérieur. La fédération a proposé également de rétablir la carte de l’exportateur "qui a démontré son efficacité par le passé", et ce, dans le but de recenser le nombre exact des exportateurs, d’éviter la fraude et l’utilisation des registres de commerce par des tiers, notamment par des étrangers, conditionnant l’octroi de cette carte par l’adhésion des opérateurs à la fédération pour que cette dernière puisse les contrôler. La fédération a appelé en outre le ministère du commerce à publier la liste des prix des déchets ferreux et non ferreux chaque mois comme c’est le cas dans toutes les entreprises dont l’activité relève du marché des valeurs, pour engager les exportateurs à respecter les prix.

 

APS

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article