Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara Ecologie

  • Sunniva Rose/
  • jeudi 19 septembre 2013 15:40/

L'eau, l'enjeu principal de l'exploitation du gaz de schiste.

Classée troisième pays au monde en matière de réserves exploitables en gaz de schiste, l’Algérie projette de se lancer dans son exploitation d’ici 2024. Mais le besoin considérable de la fracturation hydraulique en eau soulève des inquiétudes, tant au niveau financier qu’environnemental.

 

L’exploitation des ressources naturelles importantes en gaz de schiste de l’Algérie est acceptée comme une nécessité dans un pays où les besoins en carburants sont en hausse et la production d’hydrocarbures décline. Elles sont évaluées à 707 TCF par l’EIA, l’agence indépendante de la statistique au sein du ministère de l’énergie des Etats-Unis, soit l’équivalent de de 212 mille milliards de m3. 

Par conséquent, l’état algérien, dont l’économie dépend à 97 % des hydrocarbures, se tourne vers l’exploitation du gaz de schiste. Selon Sid Ali Betata, président de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft),  l’Algérie projette de se lancer dans l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels d’ici 2024.

Emprisonné dans la roche où il s’est formé, le gaz de schiste est difficile à extraire. Aujourd’hui, la manière la plus commune d’y accéder est de fracturer la roche en injectant à très haute pression de grandes quantités d’eau mélangées à du sable et des additifs chimiques : c’est la fracturation hydraulique. La consommation totale par puits ne dépasserait pas 16.000 m3, a indiqué Mohamed Daoudi, chef du projet d’exploration du gaz de schiste à la Sonatrach, lors des journées techniques sur le gaz de schiste qui se sont déroulées mardi et mercredi à Alger.

Des réserves en eau abondantes…

Selon les défenseurs de l’exploitation du gaz de schiste en Algérie, aucun besoin de s’inquiéter concernant les réserves d’eau. Les sous-sols du bassin saharien, qui s’étire entre la Libye, la Tunisie et l’Algérie, contiennent 40 000 milliards de m3 d’eau douce, dont 70% en Algérie, soit 28 000 milliard de m3. Un ancien directeur de la Sonatrach, Mohamed Terkmani, a publié mercredi une tribune dans le quotidien Liberté qui soutient que les besoins en eau pour l’exploitation du gaz de schiste ne représenterait qu’un chiffre dérisoire de ces réserves : 14 millions de m3, soit « 0003% des réserves en place. » 

Il ajoute qu’avec un soutirage de 2 748 m3/an pour les besoins agricoles, il resterait « un surplus de 4 070 millions de m3/an pour des activités supplémentaires ». Comprendre : l’exploitation du gaz de schiste. « Une chance inespérée » d’après lui, « car nous ne sommes pas prêts pour l’après-pétrole », alors que les prévisions annoncent que les réserves en pétrole algériennes s’épuiseront autour de 2020, et celles de gaz en 2030.

mais fragiles

Mais M. Terkmani se base sur les capacités d’extraction d’eau « estimées » à plus de 6 milliards de m3/an, alors qu’elles sont d’aujourd’hui de seulement 3 milliards de m3/an. Le taux de renouvellement de l’eau présente dans le bassin saharien est de 1 milliard de m3/an. « Pendant les vingt dernières années, l’exploitation hydraulique en Algérie a été presque excessive », a concédé Rachid Taibi, directeur général de l'Agence nationale des ressources hydrauliques, lors des journées techniques sur le gaz de schiste.

En outre, le gouvernement algérien prévoit l’exploitation du gaz de schiste dans des régions où les populations locales manquent d’eau, telles que Tindouf. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, lors de sa visité de la wilaya en juillet, avait insisté sur la nécessité d’exploiter les eaux profondes de la région à des fins agricoles, rapportait La Tribune. L’assistance présente lors des journées techniques sur le gaz de schiste, invitée à débattre avec les communicants, s’est inquiétée de l’utilisation de ces eaux pour le gaz de schiste, alors que la wilaya peine encore à alimenter la population locale.  

Désalinisation de l’eau

La réponse offerte par un représentant de l’entreprise pétrolière américaine Baker Hughes n’a pas convaincu. « Nous pouvons prendre exemple sur Oman, où de l’eau de mer traitée a été utilisée pour la fracturation hydraulique », a-t-il expliqué. Alors que la rentabilité de l’exploitation du gaz de schiste a été récemment remise en question par l’EIA, il semble difficile de justifier des coûts additionnels de désalinisation et de transport de l’eau de mer jusqu’aux régions désertiques du Sahara algérien.

Il est déjà estimé par Alnaft que l’Algérie devra investir 300 milliards US$ pour pouvoir produire 60 milliards de m3/an. Un financement qu’elle doit mobiliser sur 50 ans pour arriver à ce niveau élevé de production.

Contamination des eaux potables

En outre, plusieurs études conduites aux Etats-Unis, le plus grand exploitant de gaz de schiste au monde, ont conclu qu’il existe un lien de contamination des nappes phréatiques. « Des réserves d'eau potable du nord-est de la Pennsylvanie risquent d'être contaminées par des gaz s'échappant des puits d'exploitation des gaz de schiste », avait déclaré le géochimiste Avner Vengosh, un des auteurs d’une étude publiée en juin par l’Université Duke. Selon Mohamed Daoudi (Sonatrach), il sera nécessaire d’évaluer le risque sur l’eau potable que présente l’exploitation du gaz de schiste avant de débuter les forages en Algérie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article