Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara Ecologie

    Le 18 septembre 2013

    L’Algérie est l’un des pays du Maghreb qui regorge beaucoup des ressources naturelles. A l’heure actuelle, le pays est tenté par l’exploitation d’une nouvelle source d’énergie dite «  gaz de schiste ». Le ministre algérien de l’Énergie et des Mines a annoncé ce mardi que l’Algérie était prête à se lancer dans son exploitation.  Au cours d’une journée d’étude organisée pour les gaz non conventionnels, Youcef  Yousfi a indiqué que l’entreprise publique d’hydrocarbures Sonatrach a déjà détecté d’importantes  réserves de gaz de schistes. Parallèlement, certains experts alertent l’Etat du danger qu’il court en essayant  de tirer des gains du gaz de schiste.

    Aucun doute ne plane sur la mise en exécution  du projet par l’Etat algérien. Ce dernier s’y prépare ardemment et des spécialistes sont en formation. En effet, le pays  a  envoyé dix-huit cadres aux États-Unis pour y suivre une formation en la matière. Une deuxième vague de cadres devrait entamer une formation dans ce même pays en février 2014.  D’après les premières évaluations des réserves algériennes de gaz de schiste récupérable datant de 2011, elles étaient estimées à 6 440 milliards de m3. Récemment, en printemps 2013, le département américain de l’Énergie à ramené les chiffres à  19 800 milliards.  En revanche, de nombreuses voix d’experts et de défenseurs de l’environnement ont demandé à plusieurs reprises aux autorités l’ouverture d’un débat national sur l’exploitation de gaz non conventionnels.

    L’extraction du gaz de schiste demande des moyens matériels  conséquents et une technologie sophistiquée.  Ce qui fait que sa production, en dépit du fait qu’elle soit couteuse, laisse un impact négatif sur l’environnement. Ainsi, l’absence de maitrise nationale de la technologie d’exploitation profitera davantage aux sociétés étrangères très onéreuses et l’Etat n’en tirera que de faibles  marges de bénéficies. Et le comble,  ce sont les dangers que recèle la technique de forage par fracturation hydraulique pour l’environnement et le risque de contamination de la nappe  phréatique.

     

    par Souheil Bekhti

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article