Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

 

Publié le 08-06-2014 Modifié le 08-06-2014 à 05:17

L'Algérie exploitera bien le gaz de schiste, qui existe en quantité importante dans ses sous-sols du Sahara. Le président Abdelaziz Bouteflika a officiellement autorisé cette exploitation le 21 mai dernier. Mais dans le pays, on dénonce l’absence de concertation et les trop grands risques écologiques. Des manifestations ont été organisées cette semaine. Samedi 7 juin, dans l'après-midi, une trentaine de personnes se sont rassemblées à Alger. Reportage.

« Non au gaz de schiste, l’Algérie n’est pas à vendre ! ». Les militants ne sont pas nombreux, mais les slogans poussent les passants à s’arrêter. Premier argument des manifestants : exploiter le gaz de schiste va polluer les nappes phréatiques et les autorités n’en tiennent pas compte.

« J’ai vu des tables rondes à la télévision. Les spécialistes ont tous dénoncé cette exploitation de gaz de schiste et ils sont tous contre, et je ne sais pas pourquoi notre gouvernement s’entête », s'interroge Abdelkrim, 57 ans, venu de Tizi Ouzou.

Depuis la réélection du président Bouteflika, plusieurs gouvernements étrangers, dont les Etats-Unis, ont accéléré des négociations sur des dossiers énergétiques. Ce qui pousse les manifestants, comme cette jeune femme de 27 ans, à accuser Alger de vendre le gaz de schiste aux Occidentaux au mépris des intérêts du pays : « La souveraineté de l’Etat, avant même qu’elle soit violée par les Occidentaux, elle est violée par nos propres dirigeants qui veulent vendre nos richesses à des puissances qui, elles-mêmes, ont refusé l’exploitation du gaz de schiste sur leurs propres terres. Est-ce que la vie humaine n’a pas la même valeur partout sur la planète ? »

Le Premier ministre a voulu couper court aux critiques. Il a affirmé jeudi devant le Parlement que « l’eau utilisée pour extraire le gaz du schiste serait récupérée et traitée » et que les produits chimiques étaient « les mêmes que ceux utilisés dans les couches pour bébés ».

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est attendu à Alger ce dimanche, en début d’après-midi, pour une visite officielle de deux jours. Parmi les dossiers qu’il doit évoquer avec plusieurs ministres algériens, celui justement du gaz de schiste. Laurent Fabius avait en effet annoncé fin 2012 qu’Alger et Paris signeraient un accord permettant des recherches françaises sur le territoire algérien dans le domaine de l'exploitation des gaz de schiste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article