Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Algérie -Parc national d’El-Kala : Qui viole les lois?" par Slim Benyacoub (Professeur à l’Université d’Annaba)

Le Parc national d’El-Kala, une réserve de biodiversité impressionnante, un bijou de la nature, avec un risque de disparition de ce patrimoine naturel d’Algérie !

Tous les Algériens ou presque connaissent soit de réputation, soit pour y être passé un jour, la région d’El-Kala dans la wilaya d’El-Tarf, frontalière avec la Tunisie.

Wilaya forestière dans sa majeure partie, cette région se caractérise par l’existence d’un bijou de la nature :

☼ le Parc national d’El-Kala.

Imaginez des lacs, avec une lagune unique dans la région méditerranéenne :

☆ des forêts de différents types dont certaines ressemblent aux vieilles forêts d’Europe, telles qu’il n’en existe plus actuellement, sauf en Pologne.

☆ Des plages sauvages, sans accès, où il n’y a pas si longtemps pondaient des tortues marines, protégées par des dunes recouvertes d’une végétation épaisse.

☆ Des milieux encore sauvages faits de rochers impressionnants, avec lianes, cascades, grottes et bêtes sauvages qui y survivent, quoique de plus en plus difficilement.

☆ Des oueds qui entretiennent une végétation luxuriante, quasi tropicale, au milieu de vastes forêts de chêne-liège.

☆ Des forêts « galeries » qui sont des refuges pour des dizaines d’espèces d’oiseaux, de mammifères, d’insectes et de plantes.

☆ Une réserve de biodiversité impressionnante ; en quelque sorte notre coffre-fort de gènes pour les générations futures. Là où elles puiseront pour trouver de nouvelles espèces utiles pour se soigner, se nourrir ou tout simplement s’émerveiller.

Y a-t-il un risque de disparition de ce patrimoine naturel ?

Il y a de grandes chances que oui ! Aussi sûr qu’un étang que l’on assèche pour arroser des pastèques ou un verger que l’on décape au bulldozer pour y construire des barres d’immeubles HLM. Cela va disparaître tout simplement parce que chacun est préoccupé par des problèmes qui, dans l’ordre des priorités nationales, sont considérés comme plus immédiats et plus importants que la conservation d’une zone humide, d’une dune ou d’une population de cerfs. Et puisque tout le monde s’en fiche, eh bien on va en profiter pour les mettre en valeur pour sortir du « sous-développement » ces zones sauvages sans intérêt.

Et c’est là qu’intervient le décideur :

☆ le wali,

☆ le chef de daïra,

☆ le maire,

☆ l’adjoint-maire,

etc.

C’est là que notre territoire national devient matière à POS, PDAU et autre PAI, des plans utiles, on n’en disconvient pas, à la condition cependant que l’affectation du sol n’obéisse pas uniquement à des enjeux aux contours flous, mal définis, peu documentés, non raisonnés.

Le développement, ce n’est pas uniquement donner du terrain à bâtir. Ce n’est pas raser au bulldozer sans préalable, sans discernement et en dépit de la loi, des maquis dunaires pour permettre l’accès à une des rares plages vierges de Méditerranée. C’est pourtant ce qui nous est donné de constater souvent, trop souvent. Qu’on en juge. :

☆ Le lac Mellah, un bijou de la nature,

réserve intégrale de surcroît, c’est-à-dire bénéficiant d’une protection légale et officielle, subit, par la grâce d’un PDAU, document officiel celui-là aussi, la pire des menaces à moyen et à court terme qui se peut :

le mitage par l’urbanisation. Des autorisations d’édifier des maisons sont accordées sans étude de sol, ni d’impact sur le milieu, sans assainissement, dans des zones inondables faisant de cet écrin une vaste zone éparse diffuse sans limites qui ruine de fabuleux paysages.

En fait, tous les lacs de la région vont devenir progressivement, et sûrement si on n’y met pas bon ordre, le réceptacle naturel des eaux usées de milliers de ménages qui vont s’installer près des berges. Après nous avoir fait avaler la couleuvre de l’autoroute Est-Ouest, qui traverse, en s’en souvient, le Parc national de part en part, on veut récidiver en découpant dans le même sens ce malheureux Parc national par un dédoublement de la RN 84A.

Cette voie unique et pittoresque, qui était à l’origine une départementale secondaire entre Annaba et El-Kala, le CW 109, s’est vu propulsée au rang de route nationale à deux voies avant de devenir bientôt une « bonne 4 voies ». Cette montée en « grade » s’est accompagnée de la multiplication par un facteur 25 de la mortalité de la faune. Et pour cause, elle traverse une des plus grandes zones sauvages du parc.

En définitive, le Parc national sera à terme traversé dans une bande de moins de 10 km de large par trois axes routiers parallèles. L’autoroute Est-Ouest, la RN 44 et la RN 84A. Grosse performance en matière d’aménagement d’une zone protégée!!Et ce n’est pas fini !

On s’attaque aux dunes maintenant…

La région peut se vanter de posséder les plus longues plages d’Algérie bordées de dunes. Près de 25 km de plages dans un pays montagneux, c’est une performance géomorphologique ! Quatre kilomètres sont localisés dans le Parc national, dont 1 km de plage vierge convoitée par les autorités locales, celles-là mêmes qui sont chargées de sa protection.

En dépit de la loi qui protège le littoral et du statut de protection de ce site, les pouvoirs publics locaux se sont lancés sans projet clair à l’assaut de ce dernier refuge de la nature dans notre pays. Une valeur sûre pour l’avenir à cause de son exceptionnelle biodiversité marine et terrestre.

Pourquoi donc détruire ce kilomètre de plage vierge et les dunes qui le protègent alors qu’on peut mettre en valeur des dizaines de kilomètres de plage ailleurs et de moindre intérêt écologique.

Qui a décidé de déclarer la guerre à ce milieu sauvage en dépit d’une réglementation qui l’interdit formellement ? La loi « littoral » (du 5 février 2002) dit clairement et sans détour

☆ « qu’il est interdit de porter atteinte à l’état naturel du littoral qui doit être protégé, utilisé et mis en valeur en fonction de sa vocation (article 9)…

☆ que l’occupation et l’utilisation des sols littoraux doivent préserver les espaces terrestres et marins remarquables ou nécessaires au maintien des équilibres naturels (article 10)…

☆ que sont interdites, les voies carrossables nouvelles sur les dunes littorales, les cordons dunaires côtiers et les parties supérieures des plages (article 16, alinéa 2)

et enfin, l’article 7 qui stipule sans ambages

☆ que les activités balnéaires et les sports nautiques, le camping et le caravaning, même à titre temporaire sont interdits au niveau des zones protégées et des sites écologiques sensibles».

Précisons une chose, tout de même.

Les spécialistes de l’environnement que nous sommes ne sont pas contre le progrès, l’urbanisation, le développement, la promotion de l’homme, le désenclavement des populations. Bien au contraire, les biologistes, naturalistes ou autres écologues font tout simplement leur métier. Ils observent, notent, recensent, publient et ont le devoir moral d’alerter quand il le faut. Voilà, c’est fait, et on ne pourra pas dire que nous ne savions pas.

[Via] Slim Benyacoub (Professeur à l’Université d’Annaba), www.latribuneonline.com

 

le 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article