Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

http://www.maghrebemergent.info/

 

Un plan de régénération de la châtaigne d’eau par la plantation artificiel dans le Lac Oubeira a été dressé par l’association de protection de l’environnement de la wilaya d’El-Tarf (APEWET), a indiqué samedi son président. Ce plan sera soumis à l’appréciation des services concernés pour permettre à l’association d’intervenir dans cet étang afin de sauvegarder cette plante aquatique rare et en voie de disparition. Selon M. Amer Bachir, ce plan qui ne nécessite aucun investissement financier consiste en "la récolte des graines de châtaigne dans son sanctuaire du lac Oubeira (commune de Ain-El-Assel), de bien les conserver dans leur milieu et procéder à leur plantation en temps opportun". L’exploitation anarchique, irrationnelle du Lac par un opérateur économique privé qui utilisait des embarcations à moteur engendrant un rejet de plomb et le déversement des eaux usées des différentes agglomérations se trouvant autour de ce plan d’eau ont été les principales causes de la raréfaction de la châtaigne d’eau dans cette zone humide, est-il déploré. M. Amer a indiqué, dans ce contexte, qu’un hectare de châtaigne d’eau a pu être sauvé "contre vent et marée" et que son association pense l’utiliser pour en extraire les graines et permettre ainsi une régénération rapide de cette plante aquatique. Se basant sur l’avis d’experts et de spécialistes en la matière, M. Amer a expliqué que la châtaigne d’eau protège le lac contre l’évaporation des eaux et ses larges feuilles qui gardent l’eau à une température ambiante, constituent un refuge pour les poissons en période de forte chaleur. La châtaigne d’eau constitue aussi un lieu idéal pour certaines espèces de poissons qui viennent y pondre leurs £ufs. Quant au cycle de régénération de cette plante aquatique, il passe par différentes étapes, du mois d’Avril à Août, allant du feuillage à la production de fruit et jusqu’aux graines qui en fin de cycle se détachent pour atterrir au fond de l’eau et dépérir. Après leur dépérissement, ces graines sont rejetées à l’extérieur de l’eau pour constituer un engrais naturel pouvant servir à l’enrichissement et à l’engraissement des terres agricoles. "Du point de vue économique et selon l’avis d’experts également, la châtaigne d’eau est viable, comestible, pouvant être aussi transformée en produits cosmétiques fortement négociés sur le marché mondial", a soutenu le président de l’APEWET. APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article