Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Algérie -" Saison estivale à Azeffoun - Au pied de la montagne, au bord de la mer…" par Brahim Mahdid (Info du soir)

 

  vue-de-azzefoun.jpg

 

Située à 65 km du chef-lieu de la wilaya de Tizi et à environ 82 km du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, Azeffoun ou Ruzazus (nom donné à cette région par les Romains), est l’une des plus belles régions côtières de la wilaya de Tizi Ouzou et même d’Algérie. Avec ses potentialités et ses atouts naturels immenses, cette ville envoûtante demeure une des destinations privilégiées des estivants qui affluent des différentes régions du pays. A ce sujet, M. Bouhait, chef de la daïra d’Azeffoun, nous a affirmé qu’au 30 juin, 82 000 estivants avaient visité les différentes plages de la région, soit les 2/3 des vacanciers qui ont visité la côte de la wilaya de Tizi Ouzou. Les quatre plages que compte la daïra d’Azeffoun affichent complet dès les premières heures de la matinée. La ville connaît une ambiance festive de jour comme de nuit avec des activités culturelles, artistiques et sportives organisées par des associations locales en collaboration avec les autorités.

En dépit de ce tableau idyllique, cette région n’a pas encore livré tous ses secrets : ses potentialités et ses atouts n’étant pas mis en valeur ou exploités par manque d’investissements dans le secteur du tourisme. Le chef de la daïra affirme, d’ailleurs, que, sur ce plan, plusieurs actions ont été entreprises pour réunir toutes les conditions favorables à l’investissement : un axe autoroutier reliant la région de Fréha à Azeffoun, un barrage au niveau de la région de Sidi Khelifa, une centrale thermoélectrique...

Caroubier, Petits Paradis, Sidi Khelifa…

Azeffoun attire des milliers d’estivants qui viennent des quatre coins du pays mais aussi de l’étranger pour y passer quelques jours de vacances au milieu d’un décor naturel féérique.

Cette fascinante ville côtière de la wilaya de Tizi Ouzou recèle des potentialités et des atouts naturels énormes pour le développement du tourisme, notamment un littoral qui s’étend sur plus de 37 kilomètres. A chaque saison estivale, la ville s’anime dès les premières heures de la matinée, imprimant une ambiance accueillante et conviviale, en total paradoxe avec le reste de l’année, selon la grande majorité des habitants rencontrés. «Cette année, il y a beaucoup plus d’estivants comparé à l’année précédente. Et vous remarquerez qu’il y a une très bonne ambiance de jour comme de nuit. En hiver ou durant le reste de l’année, en revanche, c’est plus triste», nous dit Nacer, un jeune rencontré dans une cafétéria.
Il est 10h, le centre-ville grouille déjà de monde et la circulation automobile y est alors de plus en plus difficile. Des pères de famille accompagnés de leurs enfants font quelques courses avant de prendre le chemin de la plage. «S’il te plaît papa, plus vite, j’ai hâte d’être à la plage», lance, depuis la voiture, un bambin à son père qui faisait le tour des étalages des commerçants.
11h 45, la ville commence déjà à se vider. «C’est le moment de se rendre à la plage», nous dit un enfant en short, sa serviette autour du cou, accompagné de ses amis.

Il est 14h, nous nous trouvons sur la merveilleuse plage Le Caroubier, située au chef-lieu de la daïra d’Azeffoun et qui s’étend sur une superficie de 6 700 m2. Calme et assez propre, elle affiche déjà complet en cette journée de week-end du mois de juillet. D’ailleurs, il est, de façon générale, assez délicat de trouver un endroit, si ce n’est «l’endroit idéal» où installer son parasol. «Il aurait fallu vous y prendre plus tôt», lance un jeune, allongé sous son parasol, à un père de famille désarmé devant le manque de place. Cette plage attire des milliers d’estivants chaque été et cela est dû principalement à sa proximité de la ville d’Azeffoun. «Chaque été, je passe mes vacances, ici, à Azeffoun.

C’est une région idéale pour se reposer. J’ai une préférence pour la plage du Caroubier pour la propreté et la sécurité. On peut s’y rendre en famille sans aucune appréhension», nous confie un père de famille habitant Alger.

15h, nous empruntons la route qui mène à la commune d’Aït Chafaâ, plus exactement à la plage Le Petit Paradis. Le besoin de faire une halte s’est alors imposé à nous et nous accostons la plage de Sidi Khelifa, à 10 km du chef-lieu de la daïra d’Azeffoun. Traverser cette distance pour se dorer au soleil ne constitue nullement un obstacle pour les estivants en provenance de la ville, au vu de la beauté du site.

Notre pause terminée, nous quittons les lieux et reprenons le chemin de notre destination initiale : la fameuse plage Le Petit Paradis, qui, comme son nom l’indique, est un petit el dorado où le bleu de la Méditerranée se perd dans le vert des forêts avoisinantes, offrant un paysage des plus fascinants. Nous n’étions pas du tout étonnés de la voir archicomble.

Un site web spécial été

Dans le but d’attirer le plus grand nombre d’estivants cet été, les responsables de la daïra d’Azeffoun, à leur tête le chef de daïra, ont pris l’initiative de lancer un site internet dédié exclusivement à la saison estivale. «Dans le cadre de la préparation de la saison estivale et par souci de communication et d’information, nous avons créé ce site spécial saison estivale», nous informera le chef de daïra, M. Bouhait, qui précise que sur ce portail internet, toutes les informations relatives à l’histoire de la région, les villages et même le programme d’animation durant la saison estivale, sont affichées.
«Ce n’est pas un site de la daïra d’Azeffoun mais c’est un site très attractif qui est destiné spécialement à la saison estivale», a-t-il ajouté.

«Je pense que les estivants trouveront ce qu’ils recherchent par le biais des informations que recèle ce site, notamment sur le volet historique, les grandes personnalités de la région, les vestiges qui existent», fait-il remarquer. Sur ce site, on trouve également des informations concernant les infrastructures d’accueil mais aussi un album photo.

Une saison florissante pour les commerçants

La saison estivale, synonyme, pour certains, de repos et de vacances, représente pour d’autres, une véritable opportunité de gagner un peu d’argent surtout que la région est en totale léthargie le reste de l’année.

A chaque saison estivale des boutiques poussent un peu partout le long du boulevard Front de mer, à quelques mètres de la plage. Un commerce saisonnier dont l’activité commerciale se résume à la vente d’équipements de plage, vêtements, objets d’artisanat mais aussi des bijoux traditionnels. Tout le long de la route qui mène au centre-ville d’Azeffoun, des jeunes et moins jeunes proposent des fruits à la vente, notamment du raisin et de la pastèque, produits phare de la région. «Le raisin et la pastèque de la région sont très prisés par les vacanciers», nous dit, avec fierté, l’un d’entre eux. Il faut dire que «tout se vend durant cette saison estivale», pour reprendre les termes d’un jeune vendeur de glaces à une dizaine de mètres de la plage. Cette saison est, également, une véritable aubaine pour les restaurateurs.

«Nous ‘’chômons’’ tout le reste de l’année. Il n’y a qu’en été que nous connaissons un tel afflux. Malheureusement, le mois de ramadan arrive au galop et la saison estivale se trouve réduite à deux mois seulement», nous avoue tristement, le gérant d’un restaurant. Le soir, les restaurants sont pris d’assaut par les estivants qui profitent de ces moments pour déguster des grillades soigneusement préparées ou alors savourer quelques glaces. «Après une journée à la plage, le soir nous venons déguster des grillades ou des glaces», s’exprime un père de famille tout en dégustant une glace en compagnie de son fils. D’autres familles préfèrent se promener le long du front de mer en sirotant un thé avec des cacahuètes. Pour ce qui est des activités, les estivants ont, à leur grand bonheur, l’embarras du choix. Plusieurs galas ont été prévus dans le cadre du Festival du folklore arabo-africain.
«Nous avons organisé ces galas en collaboration avec la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou et l’association Ruzazus», nous a fait savoir M. Bouhait, chef de la daïra d’Azeffoun. «Nous avons organisé plusieurs autres activités en collaboration avec la maison de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou», nous dira, pour sa part, un membre de l’association Ruzazus. Ces galas et ces soirées artistiques qui durent, parfois, jusqu’au petit matin, sont étalés sur toute la saison, notamment au niveau du complexe touristique Le Marin. Des activités sportives sont également organisées dans les différentes localités de la Daïra d’Azeffoun.

Dans ce sens, le chef de daïra nous a précisé qu’un tournoi de beach-volley a été organisé au niveau de la plage Le Caroubier. En outre, des tournois de football interrégions sont organisés chaque été au stade communal.

M. Lamri Bouhait, chef de la daïra d’Azeffoun à InfoSoir :«82 000 estivants, au 30 juin»

Le littoral de la région abrite de très belles plages, ce qui ne manque pas d’attirer les investisseurs intéressés par ce créneau.

InfoSoir : Quel est le premier bilan que vous faites de cette saison estivale ?

L. Bouhait : Je dirai qu’il y a des choses positives et d’autres négatives. Je commence par les points positifs : donc nous avons commencé la concession des plages à temps après avoir livré tous les travaux. Et pour la première fois dans la région, nous avons ouvert au public les quatre plages que compte la daïra d’Azeffoun, des plages qui répondent à toutes les normes en matière de sécurité mais surtout de fonctionnalité. L’autre point positif, c’est la présence sur le terrain de tous les services de l’Etat, impliqués dans l’organisation de la saison estivale mais également d’autres partenaires avec qui nous avons travaillé, notamment les associations locales, à l’instar de l’association Ruzazus, et la Ligue de prévention de Tizi Ouzou. L’affluence extraordinaire au niveau de la région cette année démontre que les choses fonctionnent normalement. Au 30 juin, nous avons enregistré 82 000 estivants dans les différentes localités de la daïra. A l’échelle de la wilaya, l’affluence se situe au niveau de 120 000 personnes. Donc, la daïra d’Azeffoun a pu recevoir les deux tiers des estivants qui ont visité la côte de Tizi Ouzou. Pour les points faibles de cette saison, je citerai deux problèmes récurrents : les coupures de courant et le pompage de l’eau.

Nous avons constaté que plusieurs plages ont été réaménagées ?

Oui, nous avons lancé les travaux au niveau du front de mer suivant les normes. Ces travaux ont été momentanément arrêtés pour un bon déroulement de la saison.

Les estivants ne pourront en profiter que l’année prochaine, Incha’Allah.

Quels sont vos projets pour développer le tourisme dans la région ?

Pour rendre cette région plus attractive, il faudrait une mise à niveau en matière d’infrastructures, d’énergie électrique, d’eau potable et de gaz de ville. Dans ce sens, il faut noter que les travaux de réalisation du barrage de Sidi Khelifa d’une capacité de 50 millions de m3, seront lancés en 2011. En matière d’énergie électrique, la station thermoélectrique sera réalisée prochainement.

En ce qui concerne le gaz de ville, les travaux sont déjà lancés. Et pour une meilleure fluidité de la circulation, l’étude du projet de réalisation de l’axe autoroutier Fréha-Azeffoun est également lancée. Ainsi, toutes les conditions sont réunies pour investir. J’en profite d’ailleurs pour lancer un appel aux investisseurs intéressés par ce créneau et attire leur attention sur les deux grandes ZET (Zone d’expansion touristique) au niveau de Sidi Khelifa et d’Azeffoun.

Source Infosoir Brahim Mahdid www.infosoir.com/

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

saidi ali 01/09/2010 22:22



Azeffoun  est une  region   qui meurt jamais  sauf  l'isolement de l'investissementet du progré est  voulu cher  chef daira
mr laammri bouhait  vue votre mauvaise  gestion à  la daira de tizighenif  qui est delaissé à sa  soif  je croi durement que vous pourrez  actualiser les
projets ici dans notre coin  paranoïaque azefoun surmonte ses problemes  tjrs     on a ralle bolle de language amnésique issu de langue de bois
vous  savez jouer  avec vos decrets pauvre Algérie la vache laitière  pour vous  


 


ALI  S AZEFFOUN