Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

JEUDI, 28 JUIN 2012

Un centre de traitement des déchets des produits organiques persistants sera réalisé à Boughezoul (wilaya de Médéa), a annoncé mercredi à Alger le sous-directeur au ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Ahmed Akli, qui a souligné l’importance de ce projet pour la préservation de l’environnement des effets des produits polluants.

"Un centre de traitement de déchets de produits sera réalisé dans la région de Boughezoul. Le projet est à l’étude et sera co-financé par l’Etat algérien et le Fond mondial de l’environnement", a indiqué M. Akli, en marge de l’atelier sur le "contrôle des nouveaux polluants organiques persistants (POPs) inscrits à la convention de Stockholm.

La convention de Stockholm, entrée en vigueur en 2004 et ratifiée par l’Algérie, vise à restreindre totalement la production, l’utilisation, l’écoulement et le stockage des substances chimiques toxiques telles que les pesticides et qui constituent des menaces à long terme pour l’environnement et la santé, rappelle-t-on.

Selon ce responsable, les déchets sont actuellement stockés de façon sécurisée et ne constituent pas un danger pour l’environnement et la santé publique.

"Ces produits ne sont pas biodégradables. Si on les rejette dans le sol, ils contaminent les plantes, arrivent à la chaîne alimentaire avant d’atteindre par la suite le bétail. Ainsi l’homme sera contaminé et il peut facilement contracter un cancer et d’autres maladies dangereuses sous l’effet des produits toxique", a-t-il averti.

Le même responsable a fait savoir que dans le cadre de la lutte contre ce fléau que l’Etat avait mis en œuvre le plan national de mise en œuvre de la Convention de Stockholm (PNM), pour inventorier l’ensemble de ces produits, comme les pesticides, les huiles askarel, nuisible pour la santé publique.

Dans ce cadre, le ministère de l’Environnement a instruit les services des douanes pour renforcer le contrôle pour les produits électrique porteurs de polluants organiques en faisant des prélèvements, en cas de suspicion.

"Il faut brûler ces substances dans un centre doté d’un four à haute température, pour en éliminer toute éventuelle contamination de l’homme", a-t-il souligné.

A l’heure actuelle, l’Algérie exporte ces produits polluant pour élimination, ce qui représente "une dépense coûteuse", d’où la nécessité de réaliser ce centre à Boughezoul.

Pour le directeur général du Centre national des technologies de production plus propre, Mokhtar Bououdina, organisateur de l’événement, "en Algérie nous avons un problème de stockage et de gestion de POPS", soulignant que ces derniers constituent un vrai problème de santé publique qui touche à l’intégrité physique de l’individu.

"Nous faisons des ateliers de formation pour sensibiliser et renforcer les capacités de l’Algérie qui préside depuis 2011 le centre régional de la convention de Stockholm pour la région Afrique du Nord pour arriver à identifier et neutraliser ces déchets pour le mettre hors d’état de nuire", a-t-il assuré.

Pour Roger I Noguera, sous-directeur du centre d’activité régionale pour la production propre du plan d’action pour la méditerranée du programme des Nations Unis, le rôle de la sensibilisation aux POPs est un des facteurs qui permettent d’en réduire les effets néfastes et d’arriver à terme à les éradiquer.

"Il faut promouvoir les productions propres dans les pays méditerranéens, si ces pays adoptent une stratégie pour une bonne gestion, il y aura un impact positif sur l’environnement", a-t-il notamment dit.

APS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article