Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web NOUARA

 

VENDREDI, 07 DÉCEMBRE 2012 17:08 





Une Ecole nationale des forêts sera ouverte en 2013 dans la wilaya de Batna, a affirmé à l’APS le directeur de la protection de la flore et de la faune à la Direction générale des forêts (DGF), Amar Boumezber.

Ce responsable qui s’exprimait, mercredi soir, en marge de la cérémonie de clôture de l’atelier international sur la prévention et la lutte contre les feux de forêts dans les pays méditerranéens, a précisé que cet établissement, créé par décret daté du 15 mai 2012, formera en deux années des cadres de haut niveau dans le domaine forestier.

L’Ecole nationale des forêts appelée à constituer un soutien précieux au secteur des forêts, contribuera également au recyclage des cadres activant dans ce domaine, et répondra aux besoins du pays en matière de développement rural, a ajouté M. Boumezber.

L’inscription dans cette école ne sera possible, contrairement aux établissements de Jijel et de Beni-Slimane (Médéa), qu’aux titulaires d’un baccalauréat, ce qui dénote, selon le même responsable, de la volonté des pouvoirs publics de former des spécialistes d’un niveau élevé, d’autant que l’école de Batna pourra recourir à des enseignants spécialisés étrangers.

L’objectif, a-t-il souligné, est de former des cadres capables de suivre les évolutions que connaît ce secteur.

La stratégie mise en place par la DGF est fondée sur la nécessité, pour ce secteur stratégique, de réinvestir les espaces forestiers en vue de la préservation de ce patrimoine en le prémunissant, notamment, des incendies de plus en plus ravageurs, "attisés" par les changements climatiques qui affectent la planète, a encore indiqué M. Boumezber.

L’Ecole nationale des forêts de Batna occupera le site de l’actuel Institut technologique des forêts (ITEF) qui se prévaut déjà de nombreux atouts pour la formation de qualité souhaitée par les responsables de ce secteur.

L’établissement qui s’étend sur 8.000 m2, au pied d’une montagne boisée, au sud de la capitale des Aurès, dispose en effet de 300 places pédagogiques, de 200 places pour l’hébergement des étudiants, d’équipements modernes, ainsi que d’un arboretum de collection.

APS
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article