Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Amazer N'Kefrida ,les amis de la mediterranée

Amazer N'Kefrida ,les amis de la mediterranée  
 

une association ecologique forte de 4 ans d'experience d'education environnementale, de sensibilisation et d'actions du terrain.

 

 

Articles de presse:

Mustapha Haddad : Président de l’association Amazer N-Kefrida

« Pas de photo, pas de gaufrette »



- Ne leur donnez surtout pas à manger. Un singe magot se nourrit de feuilles, de glands, de graines, de fleurs, de fruits sauvages, de racines, de chenilles… et pas de pain ni de gaufrettes. Vous risqueriez de bouleverser son régime alimentaire.
- N’achetez pas un singe en captivité. Les singes sont des animaux sociaux. En les enlevant à leur groupe, vous leur infligez des souffrances inacceptables. De plus, ce ne sont pas des animaux de compagnie, ils doivent être laissés dans leur milieu naturel.
- Ne vous photographiez pas avec des singes captifs dans des lieux touristiques. Vous ne feriez qu’encourager le kidnapping des petits singes et favoriser un commerce illégal. Photographiez-les dans leur milieu naturel.
- Ne vous approchez pas des singes lorsque vous les observez ou les photographiez. Les singes sont imprévisibles et peuvent vous infliger des blessures sévères en vous mordant ou en vous griffant.


Source el Watan

 

 

Skikda, l’incroyable histoire des singes voyageurs

Les habitants de la commune de Salah Bouchaour, à moins de 50 km au sud-ouest de Skikda, particulièrement ceux résidant au lieudit Matéra, vivent désormais au rythme des nouvelles curiosités d’un groupe de singes qui pourraient être, d’après eux, de la famille du magot.

 

Les témoignages auraient relevé la présence d’une quinzaine de singes depuis plus de deux mois dans cette zone boisée. Une première dans cette localité, très éloignée de la zone côtière de Tamalous, à plus de 20 km plus au nord, véritable vivier pour l’espèce. Pour expliquer cela, les habitants de Matéra avancent presque tous l’hypothèse d’une virée ferroviaire qui aurait conduit ces mammifères de leur région naturelle, dans le périmètre côtier de Tamalous, à Matéra. Ils avancent que les singes se seraient certainement accrochés aux wagons du convoi de marchandises assurant la liaison ferroviaire Jijel-Constantine. A l’arrêt du convoi près de Matera, ils seraient descendus, attirés par la présence d’une zone boisée assez dense et d’un cours d’eau, l’oued Saf Saf.

Pour Mustapha Haddad, président de l’association Amazer N-Kefrida, basée à Taskriout, à l’est de Béjaïa et organisatrice de caravanes de sensibilisation pour la protection du singe magot, cette hypothèse semble peu probable. « On peut aussi envisager que ces singes ne soient pas des magots. D’abord parce que les groupes de cette espèce sont constitués en moyenne d’au moins 40 individus. Et parce qu’il me semble bizarre que des singes aient décidé de prendre le train… En revanche, pour fuir leur milieu naturel faute de nourriture, ils auraient très bien pu parcourir 20 km à pied pour chercher à manger… »



Par K. Ouahab

 

 

L’appel de Mustapha Haddad. Président de l’association Amazer N-Kefrida

"Se faire photographier avec un singe, c’est favoriser le commerce illégal"

Souk Ethnine, Meklaâ, Capritours, Boulimat, Cap Carbon… Jusqu’au 20 août, l’association Amazer N-Kefrida organise une campagne de sensibilisation pour la protection du singe magot élargie à d’autres espèces (fennecs, gazelles, rapaces).



Le singe magot, seul singe d’Afrique du Nord et seul macaque hors d’Asie, patrimoine naturel inestimable de l’Algérie, a beau être protégé par la loi et par la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d’extinction, il est, aujourd’hui, menacé de disparition (en octobre dernier, l’Union internationale pour la conservation de la nature a fait passer son statut de « vulnérable » à « en danger d’extinction dans sa Liste rouge des espèces menacées, ndlr). Nous essayons donc de faire passer au grand public plusieurs messages. Le premier, de ne pas détruire son milieu naturel. Défricher des terres pour favoriser la repousse d’herbe fraîche pour les troupeaux – la loi en la matière n’est d’ailleurs pas appliquée – porte préjudice à son habitat. Le second, de ne pas participer au commerce illégal des espèces, quelles qu’elles soient. En évitant, par exemple, de se faire photographier avec des singes captifs dans des lieux touristiques. Car cela ne ferait qu’encourager le kidnapping des petits singes et favoriser un commerce illégal. Pour rappel, il est interdit d’en acheter. Les singes sont des animaux sociaux. En les enlevant à leur groupe, on leur inflige des souffrances inacceptables. De plus, ce ne sont pas des animaux de compagnie, ils doivent être laissés dans leur milieu naturel. Le troisième, de ne pas vous approcher d’eux lorsque vous les observez ou les photographiez. Les singes sont imprévisibles et peuvent infliger des blessures sévères par morsure ou griffure. Enfin, de ne pas leur donner à manger pour ne pas les rendre dépendants de l’homme et préserver leur régime alimentaire. Quand vient l’hiver, les macaques se rapprochent des habitations pour y chercher la nourriture qu’ils ont l’habitude de recevoir le reste de l’année, et des conflits éclatent régulièrement avec les habitants. Un singe magot se nourrit de feuilles, de glands, de graines, de fleurs, de fruits sauvages, de racines, de chenilles et pas de pain. Un recensement est en cours pour estimer de manière fiable la population de singes magot en Algérie, mais on sait que les effectifs ont dramatiquement chuté depuis trente ans.



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article