Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

www.elwatan.com

 

Dimanche 24 mars 2013

Par: Leïla Azzouz

Les déchets hospitaliers d’une dizaine de cliniques privées partent au centre d’enfouissement technique (CET) d’El Berka Zerga.

 

La wilaya de Annaba a donné dernièrement son accord dans le cadre du Calpiref pour quatre projets privés pour l’installation d’autant d’incinérateurs, révèlent des sources proches du dossier.

 

L’objectif est d’assurer un traitement dans les normes des déchets hospitaliers de la wilaya. D’autant plus que, jusqu’à preuve du contraire, aucune clinique privée ne dispose de cet appareil à Annaba. Tous les incinérateurs sont implantés dans des établissements publics de santé.

 

En effet, selon une source proche de la direction de la santé de Annaba, il existe au total sept appareils installés à l’hôpital Ibn Sina, les établissements hospitaliers spécialisés (EHS) d’El Bouni et Séraïdi, l’EPH d’El Hadjar et les établissements publics de santé de proximité (EPSP) de cette commune et de Berrahal.

 

Mais où partent les déchets hospitaliers d’une dizaine de cliniques privées, dont plusieurs assurent des accouchements et des interventions chirurgicales allant jusqu’à l’amputation de membres?

 

A cette interrogation, un employé de la direction de l’environnement de la commune d’El Bouni répond: «Au centre d’enfouissement technique (CET) d’El Berka Zerga».

 

«Les cliniques médicales qui se respectent sont conventionnées avec des établissements de santé publique qui leur assurent la mission de l’incinération de leurs déchets hospitaliers. Mais il existe d’autres dont les propriétaires, peu scrupuleux, préfèrent jeter, dans des centres d’enfouissement, leurs déchets dont des organes anatomiques issus des amputations, des ablations et des accouchements au lieu de payer la prestation l’incinération. Ce qui représente un risque de contamination pour les agents du CET El Berka Zerga. Cela leur coûtera une dépense dérisoire en guise de bakchich versé aux gardiens pour éviter de délivrer une autorisation communale», expliquent plusieurs médecins au fait de ce dossier.

  Dimanche 24 mars 2013

Plus grave encore, la gendarmerie a saisi la semaine dernière huit quintaux de films radiologiques dont chaque unité porte la fiche de son malade sur la route reliant les wilayas de Annaba et Guelma, à hauteur de la commune de Oued Zenati.

 

Le mis en cause a avoué lors de son audition par les enquêteurs que ces films radiologiques sont issus du service de l’imagerie de l’hôpital Ibn Rochd de Annaba.

 

Selon la procédure d’usage, il est recommandé l’incinération des films radiologiques non archivables.

 

Cependant, la négligence chronique des services de l’hôpital Ibn Rochd, notamment dans la protection des secrets professionnels des malades, est également édifiante.

 

Un autre scandale qui renseigne, on ne peut mieux, sur le manque de considération des patients algériens encore moins au secret professionnel de leurs dossiers médicaux.

 

 

Leïla Azzouz

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article