Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

Appel à la création d’une réserve naturelle pour sauver le genévrier dans l’Aurès

Appel à la création d’une réserve naturelle pour sauver le genévrier dans l’Aurès

Mots clés : Algerie, Aurès, Genévrier

 

Par Le Matin | 19/07/2014 22:45:00 | 4585 lecture(s) | Réactions (1)

 

 

Le genévrier thurifère (Juniperus thurifera L.), est un arbre d’une grande valeur patrimoniale et esthétique. D’essence méditerranéo-montagnarde, le Genévrier thurifère est présent uniquement autour de la Méditerranée occidentale.

 

Appelé Aiwal ou Thazenzna en chaoui, le thurifère est l’objet de divers superstitions.

Appelé Aiwal ou Thazenzna en chaoui, le thurifère est l’objet de divers superstitions.

En Algérie cette espèce fait figure d’une rareté botanique. Localisée exclusivement dans le massif de l’Aurès, où elle est considérée comme vulnérable et menacée, du fait de la difficulté de sa régénération naturelle et la dégradation de son peuplement.

 

Le genévrier thurifère un arbre sacré chez les Chaouis

 

Appelé Aiwal ou Thazenzna en chaoui, le thurifère est l’objet de divers superstitions. Si dans certaines régions il est considéré comme "porte-bonheur", dans d’autre l’arbre constitue un lieu de "pèlerinage". Gustave Mercier (1897) dit à ce propos "le thurifère constituait et constitue un objet de vénération pour les indigènes, qui, par une coutume superstitieuse, y suspendent des haillons de toutes couleurs".

 


 

 

 

La superficie du genévrier thurifère est estimé aujourd’hui à 10.000 hectares soit 33.000 arbres. Le thurifère des Aurès se répartit selon trois ensembles principaux d’inégale importance : le premier est situé dans la région de T’kout, le deuxième dans la vallée de Ighzar n Aïth Abdi (Oued Abdi) tandis que le troisième est localisé dans le lieu-dit Tibhirine.

 

Dans deux autres localités le thurifère est dominé par d’autres essences forestières et n’arrive pas à individualiser des formations distinctes. Il s’agit de la cédraie de S’gag et de Chélia. Cependant, des sujets isolés peuvent se rencontrer çà et là dans le massif (au village de Ichamoul , dans la zone d’Inoughissen et de Zalatou).

 

Le 1er Workshop sur le genévrier thurifère des Aurès

 

Pour faire le point sur la situation du genévrier thurifère dans l’Aurès, l'école nationale des forêts - Batna - en collaboration avec la conservation des forêts de la wilaya de Batna ont organisé le mois dernier : le premier workshop (atelier) sur le genévrier thurifère . Pendant deux jour , le 24, et 25 juin, plusieurs chercheurs venus de plusieurs université du pays se sont réunis au chevet du genévrier thurifère de l’Aurès : "Le genévrier thurifère des Aurès: Usages, Services écosystémiques, Menaces et Conservation", "Dynamique des peuplements, menaces et vulnérabilité des populations et des communautés", et "évaluation patrimoniale et gestion conservatoire" ont été les thèmes principaux de ce workshop .

 

Appel à la création d’une réserve naturelle pour le genévrier thurifère

 

Les chercheurs et les spécialistes forestiers qui ont pris part à ce workshop ont recommandé la création d’une réserve naturelle pour préserver cette espèce menacée d’extinction à cause de sa difficile régénération et sa croissance très lente. Ils ont appelé également à initier des projets nationaux et internationaux au profit de la population riveraine afin de diminuer la pression anthropique sur cette ressource naturelle.

 

Jugurtha Hanachi

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article