Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Logo Liberté Algérie
Dimanche, 18 Novembre 2012 09:50 

Par : D. LOUKIL

Plusieurs jours après les fortes précipitations qui se sont abattues sur Oran et sa région, des dizaines de familles sont toujours autant plongées dans l’angoisse et doivent faire face seules à un autre danger, celui de l’effondrement de leurs bâtisses. 
Parfois, une cage d’escalier ne tenant plus qu’à un fil ou alors un plafond, un pan de mur craquelant et prêt à s’effondrer sur les occupants des lieux. Déjà, dans plusieurs vieux quartiers de la ville, l’on aperçoit des tentes de fortune qui fleurissent sur le bitume comme à Gambetta, El-Hamri, Derb, devenant le refuge de familles qui ont préférées quitter en urgence leurs habitations fragilisées par les intempéries.  Malheureusement, il en est ainsi depuis des années à Oran où chaque hiver entraine son lot de drame et de désolation en raison des effondrements d’immeubles vétustes. Cette fois encore, le phénomène s’est répété avec, en l’espace d’une semaine, plus d’une vingtaine d’effondrements partiels de vieux bâtis enregistrée par la protection civile. Au plus fort des précipitations, la semaine passée, une vingtaine de personnes ont été blessées, certaines nécessitant leur évacuation à l’hôpital. En 2012, déjà, en raison de l’avancée perpétuelle du délabrement du patrimoine immobilier urbain, deux morts ont été déplorés et chaque année au minimum, la ville enregistre ainsi pas moins de 4 décès suite à des effondrements partiels. Une situation récurrente exacerbant les habitants qui ne cessent d’entendre parler de programme d’urgence, d’éradication du vieux bâti, de relogement imminent et tout cela en vain. Cela pose de manière tout aussi récurrente la question de la gestion de la ville d’Oran et en pleine campagne électorale,  les candidats et élus sortants se sont fait vite rattraper par la réalité des citoyens cette semaine. Depuis, des associations réclament la réalisation et l’ouverture de centres d’accueil d’urgence pour assurer aux sinistrés un hébergement digne et sécurisant. Que des familles entières, des femmes, des enfants et des vieillards se retrouvent en 2012 dans la rue avec comme seule protection au-dessus de leurs têtes une toile de plastique, est insupportable pour beaucoup, qui attendent dès lors bien plus que des effets d’annonce.


D. L

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article