Dimanche 18 mars 2007

Elaborer la pharmacopée nationale des plantes médicinales traditionnelles en Algérie, soit le recueil officiel et légal de 4 125 plantes vasculaires inventoriées sur 123 familles botaniques, cataloguer toutes les drogues utilisées, potentiellement toxiques, informer, sensibiliser et éduquer la population quant à l’usage des plantes, et prévoir une formation en phytothérapie, tels sont les recommandations du Symposium international sur le médicament de phytothérapie et les plantes médicinales, organisé hier à l’université des sciences islamiques Emir-Abdelkader de Constantine, par le département de pharmacie de la faculté de médecine.

Ce rendez-vous, le premier du genre, a réuni d’éminents spécialistes venus de France, du Maroc, d’Egypte, d’Allemagne, ainsi que plusieurs médecins algériens venant notamment de la ville hôte, de Batna, de Béjaïa et de Sétif. Les communications, au nombre de 80, portent sur trois axes, à commencer par l’utilisation et la gestion durable des ressources floristiques, l’ethnopharmacologie à la phytothérapie rationnelle, et la pharmacologie et la toxicologie.

Les intervenants se sont penchés sur les enjeux d’une démarche concrète au niveau de la région euro- méditerranéenne, productrice de plantes aromatiques et médicinales, ainsi que la stratégie de conservation et de domestication et la valorisation des plantes, avec une intervention du Dr Ghemouri, de l’université de Tizi Ouzou, sur l’exploration ethnobotanique des plantes médicinales en Kabylie.

Le deuxième axe a été consacré au rôle de l’ethnopharmacologie dans la médecine moderne, assorti des résultats d’un sondage sur le diabète sucré, l’hypertension artérielle et la phytothérapie, présentés par le Dr Chinar du CHU de Batna.

Aussi, l’utilisation des plantes médicinales en médecine vétérinaire était présente avec l’intervention du Pr Gérard Keck, de l’Ecole nationale vétérinaire de Lyon. Quant au troisième volet, il a été consacré à la sécurité des produits de santé naturelle, communication du Dr Mérad d’Alger ainsi qu’à la qualité et la standardisation des phyto-médicaments, une intervention du Dr Lobstein de la faculté de pharmacie de Strasbourg.

Le colloque sur les médicaments de phytothérapie et les plantes médicinales, dont le fait marquant est la présentation de plusieurs conférences en langue anglaise, a aussi abrité au hall de l’université des sciences islamiques de multiples affiches portant sur la présentation d’un lexique des plantes toxiques fréquemment rencontrées en Algérie, les plantes toxiques utilisées en médecine traditionnelle, le pouvoir antioxydant de quelques plantes médicinales, des œuvres de l’université Mira de Béjaïa, du centre antipoison d’Alger, et du département de pharmacie de l’université Mentouri.

A signaler que l’instante organisatrice a inclus dans son programme deux jours de visites touristiques et culturelles pour les participants.