Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

 

Il est des métiers qui se meurent en silence. Et l’artisanat, un des atouts économiques et artistiques de Tlemcen, naguère, n’est plus que l’ombre de lui-même.

Les causes de cette disparition sont multiples: la cherté de la matière première, la démission des pouvoirs publics, la concurrence déloyale générée par l’importation des produits moyen-orientaux, l’absence de la relève. Bizarrement, récemment, les responsables locaux ont organisé des journées portes ouvertes sur l’artisanat avec, comme thème majeur «l’estampillage». Un terme mis en exergue pour, disent les organisateurs, «donner un repère identitaire, culturel et civilisationnel au produit artisanal». Pourtant, il y a quelques années, le tapis tlemçani n’avait pas besoin d’estampillage pour être reconnu et apprécié de par le monde.

N’aurait-il pas fallu trouver des moyens adéquats pour redorer le blason de ce produit «tué» dans l’anonymat par une politique économique de bazar? Rappelons que, pendant les années 1970, cette profession artisanale employait plus de 150 000 personnes, des femmes en majorité, et que les humbles artisans avaient exporté de leurs modestes boutiques plus de 450 000 mètres linéaires. A la place des tables rondes et des portes ouvertes, il faudrait, peut-être, écouter, les quelques artisans qui restent. Le tapis tlemçani renaîtrait… de ses fils.              
 

Chahredine Berriah
 le 30.11.10
 
Votre réaction
 
Pour réagir à cet article veuillez saisir votre login/pass ci-dessous ou vous inscrire en cliquant ici

 
Sur le même sujet
Wilaya de Bouira : Les artisans en quête de moyens
Arts et métiers : La maison de l’artisanat ouvre ses portes
Salon national de la dinanderie à Constantine : Un art ancestral en déperdition
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article