Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Sensibiliser, former et améliorer le cadre de vie tel est le but du nouveau projet que s’apprête à lancer l’association Chlorophylle pour la protection de l’environnement en janvier prochain.


 

 

Sous le thème «Contribution de la société civile à l’éducation environnementale et au développement durable», ce projet s’inscrit dans le cadre des activités qu’organise Chlorophylle en collaboration avec l’Union européenne. Il concernera au début la daïra de Blida avant sa généralisation dans les autres daïras de la même wilaya.«Avant de choisir ce thème, nous avons établi une étude sur l’environnement social et naturel dans la daïra de Blida. Les résultats collectés ont démontré que la société vit dans une perturbation sociale aiguë qui influe négativement sur la nature.

S’ajoutent à cela, l’insouciance des uns, le manque de temps et l’ignorance des autres en matière de protection de l’environnement. Par notre projet, nous voulons aller à la source de la pollution. Nous ciblons le citoyen adulte et enfant, et, pour la première fois, les entreprises industrielles. Bien qu’elles soient un vecteur de développement, les industries sont des sources de pollution à haut niveau», déclare Chelha Sid Ahmed président de l’association Chlorophylle.

La première étape consiste, selon notre interlocuteur, à sensibiliser la population des communes de Bouarfa et Blida en distribuant des affiches, des dépliants et des livres, en organisant des concours ainsi qu’en projetant des films documentaires sur le sujet. «La formation sera notre deuxième étape. Nous avons prévu des outils pédagogiques adaptés. Ils contiennent un guide comportant des illustrations ainsi que des lois et décrets régissant la ville, l’industrie et leur environnement. S’ajoute à cela, un manuel pédagogique qui regroupera tous les problèmes de pollution fréquents, leur impact ainsi que les moyens pour y remédier.

Nous formerons 300 animateurs au total. Ils seront répartis sur les écoles, les quartiers et les entreprises de la daïra», ajoutera notre interlocuteur. La troisième étape est la plus importante.  Elle consiste en la création d’emplois pour les aménagements et l’entretien des espaces, la création de microentreprises dans les quartiers de la daïra ainsi que l’instauration du système de tri sélectif à la source. «Chaque étape est un mini-projet à part entière. Leur achèvement nécessitera une durée de 18 mois. Après cette période, on aura abouti à la création de 100 clubs verts au sein des établissements scolaires et des maisons de jeunes.

On pourra alors améliorer le cadre de vie dans au moins le tiers des quartiers de la daïra. 30 000 postes d’emploi seront créés aussi. On aboutira ainsi à une meilleure absorption des tensions chez les jeunes en leur offrant la possibilité de créer leur propre entreprise», conclut le président de l’association Chlorophylle.

source: Elwatan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article