Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 contact
 

 

 

 

Une histoire d’eau « Nul ne peut dévier le cours de l’eau. » Adage populaire L’association pour la protection de l’environnement de Beni-Isguen active dans le domaine de l’environnement à travers la réhabilitation des puits de la commune de Beni-Isguen. Elle organise des activités éducatives auprès des scolaires afin de les sensibiliser à la protection du patrimoine culturel et environnementale de l’oasis. Une histoire d’eau « Nul ne peut dévier le cours de l’eau. » Adage populaire L’association pour la protection de l’environnement de Beni-Isguen active dans le domaine de l’environnement à travers la réhabilitation des puits de la commune de Beni-Isguen. Elle organise des activités éducatives auprès des scolaires afin de les sensibiliser à la protection du patrimoine culturel et environnementale de l’oasis. Tout commence à la porte de Beni-Isguen, une des communes de Ghardaïa. Si on gravit les quelques marches situées au-dessus de l’Office du Tourisme de cette ville mozabite, on aboutit aux anciennes geôles de cette cité ancienne qui tiennent lieu, désormais, de local à l’Association pour la protection de l’environnement de Beni-Isguen. M. Salah Baâli est président de cette ONG locale, bien organisée, engagée dans le développement durable et qui travaille essentiellement à sensibiliser les habitants à la protection de l’environnement. Pour Salah Baâli, parler de l’environnement dans cette région aride - qui a un très faible taux de pluviométrie - signifie s’occuper de l’eau, de sa gestion, de son stockage et de son acheminement dans les foyers et les jardins. Tout cela pour lutter contre la désertification de cette région. Cette association est constituée exclusivement de bénévoles. De 1989, date de sa création, à 2000, cette ONG a vécu des moments difficiles. Une action de force la fait sortir de l’anonymat. L’association s’est mobilisée pour empêcher la mise en place d’un centre de tri de déchets toxiques dans sa région. Le succès de l’opération, fortement médiatisée, a permis à l’APEB de devenir l’interlocuteur incontournable sur les questions de l’environnement. Revenons à la question des puits et donc de l’eau. Avant de s’occuper de la réhabilitation des puits de Beni-Isguen, l’APEB a monté un projet de réfection du lit de l’oued N’tissa. Son désensablement a permis le rétablissement du fonctionnement du barrage et la récupération de 1000m3 d’eau. Ceci ne s’est pas fait sans peine, puisqu’il a fallu convaincre les riverains de reculer leurs jardins et habitations afin de récupérer le lit de l’oued. Les conséquences de ce projet sont surtout d’ordre social, puisque l’inondation des habitations de Beni-Isguen a pu ainsi être évitée. Des entreprises locales ont été recrutées pour la réalisation technique de ces travaux. L’association a pu acquérir, grâce aux soutiens de fonds étrangers, un engin de dessablage et un véhicule tout terrain. Les puits, un patrimoine culturel, historique et vital « Nous avons compris qu’il était temps de réhabiliter ce que les anciens nous ont légué : une richesse, un savoir faire. Tout est lié ici. Le système de captation d’eau des crues par les puits est très ingénieux, permettant ainsi à cette région de prendre de l’essor, et de maintenir une très belle palmeraie qui produit à elle seule tant de richesses », commente Salah Baâli, lors de la visite des puits réhabilités et de ceux qui sont en cours de réhabilitation. On dénombre vingt quatre puits réhabilités. Il s’agit d’un travail minutieux. Dessabler les puits et les nettoyer, reconstruire tout le système de remontée et de stockage d’eau. Mais avant cela, il était nécessaire de faire une étude pour repérer les puits stratégiques, c’est-à-dire ceux qui captent l’eau de pluie en premier et qui se trouvent sur le chemin de l’eau : le lit de l’oued de N’tissa. Les premiers puits ont été financés par l’Union Européenne avec le soutien de l’APC (municipalité) de Bounoura. L’association a ensuite bénéficié du soutien d’autres partenaires étrangers comme le Conseil Général du Val-de-Marne. Les puits qui sont en cours de réfection sont cofinancés par une ONG espagnole Cives Mundi. « Ce qui est encourageant, c’est la mobilisation de la population ; au départ peu de riverains soutenaient notre démarche. Maintenant, on a une liste d’attente de puits à réhabiliter. On essaye de donner un cachet particulier à chaque puits et soigner le côté esthétique », commente Salah Baâli. Depuis l’an 2000, un réseau maghrébin est né à Tunis : Réseau des Associations pour le Développement Durable des Oasis. Ce réseau a pour objectif de monter un programme concerté des oasis sur les thèmes de la gestion de l’eau, de la biodiversité, de la récupération des espaces oasiens, notamment au Maroc, et de l’agro-écologie. Tout cela contribue à un partage des savoirs faire. Dans ce cadre là, l’APEB va se spécialiser dans la formation en agro- écologie pour devenir un pôle de formation à travers le centre « AKRAZ » (travail de la terre en Amazigh). Ce centre est en construction et compte recevoir des étudiants d’Algérie et du Maghreb pour les former à l’agro-écologie, premier maillon de la chaîne du développement durable. L’espace oasien ne dépend ni du domaine agricole, ni du domaine des forêts. Salah Baâli, à travers son réseau maghrébin, voudrait que les oasis soient considérées comme un domaine agro- forestier pour bénéficier des aides et des soutiens au reboisement et à l’entretien des palmeraies. Autant dire que l’APEB a développé des compétences certaines dans le domaine du montage, de la conduite de projet et dans la mobilisation des partenaires étrangers. Une expérience qu’ils partagent volontiers, puisqu’ils organisent régulièrement des sessions de formation en direction des associations du sud algérien, sur les thèmes qui englobent la mise en place de projets, leur gestion et leur conduite. Salah Baâli est convaincu que tout cela ne serait pas possible sans le soutien de l’APC, de la wilaya et du Madjlis Ammi Saïd, instance religieuse spécifique à la région du M’Zab. Par ailleurs, un travail de sensibilisation à la protection de l’environnement est mené toute l’année auprès des scolaires, avec organisation de concours de dessins et sorties d’étude.

Association pour la Protection de l’Environnement de Beni-Isguen-APEB- Date de création : 1989 Président : Salah Baâli Tél : (213) 29 88 07 85 Fax : (213) 29 88 07 85 Email : apeb89@hotmail.com Site internet : www.apeb.fr.gd Adresse : Bab Echergui BP 269 47 131 –Ghardaïa

Accueil Newsletter plan du site contact
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article