Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Au port d’Alger, la pollution atteint des cimes" Par Algérie Confluences

Algérie Confluences

LE DOSSIER DU JEUDI | 6 JUIN 2013 0 H 01 MIN

La contamination par les métaux lourds des principaux ports Algériens est une réalité affligeante. La calamité de la pollution n’épargne aucun espace habitable ou vierge de la terre algérienne. Air, terre, mer aucun environnement n’ y échappe.

Si les dégâts causés à nos espaces de vies sont aisément perceptibles à l’œil nu, d’autres formes de pollution restent plus insidieuses mais tout aussi dramatiques. Les espaces maritimes sont parmi ces derniers. En 1984, l’Institut danois pour la qualité des eaux en association avec des cehrcheurs Allemands et Algériens, avait démontré que la contamination par les métaux lourds affectait de façon systématique tous les ports d’Algérie. Manganèse, plomb, mercure polluent depuis des décennies, et a des taux largement supérieurs aux valeurs admises, ces infrastructures déjà fortement chargés en impuretés microbiennes et organiques. Des mesures réalisées en 2004 par l’Agence de coopération internationale japonaise (JICA), révélaient des teneurs exceptionnellement élevées en métaux lourds à l’embouchure de l’Oued El Harrach, avec des valeurs alarmantes pour le mercure. A l’époque, le conseillé supérieure de l’agence,

Dr Mitsuo Yoshida révélait ahuri que le taux de mercure présent dans les eaux de ce Oued qui se déverse dans le ports d’Alger, « dépasse de 30 fois les normes accéptées modialement et les prochaines analyses vont démontrer les éventuels risques sur la baie d’Alger ». Le port d’Alger, principale infrastructure portuaire du pays est affublé du peu valeureux statut de la plus importante zone à risque du littoral algérien. Envasement, dégazage sauvage des navires en rade, fuite d’hydrocarbures lors de leurs chargement et déchargement, bouleversent l’écosystème maritime de l’une des plus belles rade du monde.

En avril 2008, une grosse fuite d’hydrocarbures avait créé la panique. Du fuel alimentant une nappe dans les bassins de Mustapha et de l’Agha s’était déversée dans le port provocant l’inquiétude générale. A l’époque, Abdelhafid Laouira, président de Tel-Bahr, comité national chargé de la lutte contre la pollution en milieu marin, triait la sonnette d’alarme. « Nous sommes confrontés à une pollution très importante. Une enquête est actuellement en cours afin de déterminer les responsabilités et nous permettra d’engager des poursuites judiciaires. » . On ne saura jamais les conclusions de cette enquête, la seule certitude qui persiste, c’est que le port d’Alger reste un éldorado de la pollution.

 

Meziane Adekkar

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article