Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique et environnement en Algérie

 

 

Promouvoir une croissance verte dans la région Méditerranée, en soutien au développement durable et à la réduction de la pauvreté, s’impose comme défi majeur de notre temps. Relever ce défi est non seulement nécessaire, mais aussi efficient économiquement et réalisable politiquement. 

L’efficience économique et la création d’emplois demeurent au cœur de la croissance verte 

Les cinq racines de la croissance verte sont de bon sens économique (de court et de long terme), notamment concernant la gestion des ressources naturelles : 

1) saisir les opportunités de projets verts (par exemple, efficience en ressources, économies d’énergie, énergies renouvelables, services de l’eau, protection de la biodiversité) et de créations d’emplois associées (renforcement du rôle des PME, croissance inclusive pour les jeunes et les pauvres) 

2) l’adaptation de la gouvernance et des cadres institutionnels (promotion des technologtoursites,ies et innovations vertes, révision de cadres légaux, réglementaires, fiscaux et d’information) 

3) l’ amélioration du fonctionnement des marchés ( progrès d’une fiscalité verte et dans l’utilisation d’instruments économiques, réduction des subventions dommageables à l’environnement) 

4) les financements publics et les opportunités pour les investisseurs privés 

5) la connaissance de l’économie verte (grâce aux indicateurs, examens par les pairs, et au renforcement des capacités). Un exemple : les subventions annuelles aux seules énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) atteignent près de 500 milliards de dollars dans le monde, 165 milliards de dollars dans les pays arabes et, entre 3% et 6% du PIB dans des pays comme l'Égypte, le Maroc ou la Tunisie : les réduire, en tenant compte de leur dimension sociale, est efficace pour l’environnement et efficient économiquement. 

Les Recommandations tirées de l’expérience internationale et nationale

La promotion d’une croissance verte en région Méditerranée (que ce soit au sud, au nord ou à l’est de la région) s’inscrit dans un contexte mondial de vives préoccupations concernant la croissance économique (par exemple G8, G20) et la croissance verte (par exemple, OCDE, PNUE, Banque Mondiale, Sommet RIO+20, Ocemo, expériences nationales depuis 2008). 

La région Méditerranée (incluant la mer Méditerranée et les 22 pays riverains) a bien sûr ses caractéristiques propres. Par exemple, alors que la région représente 6,9% de la population mondiale et 11,5% de la production mondiale, sa mer est support de 30% du trafic maritime mondial et ses pays riverains accueillent 30% des touristes internationaux mondiaux. 

Les travaux régionaux sur la croissance verte de l’ AFED, du Plan Bleu, de l’ UN-ESCWA, de la Banque Mondiale, certains associés à la Convention de Barcelone, prennent mieux en compte les spécificités Méditerranéennes. Dans ce contexte, 36 "Recommandations de Marseille pour une économie verte en région Méditerranée"* viennent d’être élaborées et adoptées, par un Groupe de Travail, composé d’experts de la société civile, d’un grand nombre de pays méditerranéens. 

English version 

Voir le site de la conférence de Marseille "Vers une Economie Verte en Région Méditerranée" (sous documentation) 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article