Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologieen Algérie

L'actualité

Le secteur de l’Agriculture demeure l’un des plus favorable en matière de création de postes d’emplois permanant, notamment, auprès des populations rurales, qui, elles, représentent pré de 80% de l’ensemble du territoire national.

 

A ce propos, pré de 300.000 postes d’emploi dans différentes filières agricoles et aux programmes de proximité sont créés chaque année, a annoncé, mardi passé, le ministre de l’Agriculture et du développement rural. Cette avancée en matière de développement rural permet, faut-il le noter, de consolider l’objectif de fixer les populations dans les 80% du sol national que représentent les zones rurales, et freiner, ainsi, le phénomène de l’exode rurale.

 

A ce propos, les dernières statistiques établies par le secteur agricole algérien ont révélé qu’un cinquième de la population active dans ce domaine. De ce fait, l’agriculture reste le principal pourvoyeur d’emplois et occupe une place centrale dans les sociétés rurales. Le travail informel est considéré comme étant un stabilisateur économique. Ce même phénomène a atteint les 21% du marché de l’emploi agricole en Algérie, alors qu’en Europe il ne dépasse pas les 5%, notamment, en France, Italie et Espagne.

 

Les objectifs tracés dans le cadre de la relance de l’Agriculture en Algérie appellent à un véritable plan de développement en matière d’industrie et de prestations de services dans les zones rurales. En marche vers un programme complémentaire, la promotion des dits volets « industrie-agricole et services » seront certainement à même de renforcer le dispositif visant à améliorer le cadre de vie des populations des zones rurales.

 

Dans ce même contexte, les formules de subvention et d’appui à l’agriculture mises sur pieds durant ces dernières années, notamment, celles qui découlent de la politique du Renouveau agricole et rural lancé en 2009, ont été favorables à une nette progression de l’activité féminine agricole. En 2010, la proportion des femmes dans la population active travaillant dans l’agriculture a atteint les 32,9% e, Algérie.

 

Nette augmentation de la production céréalière

Par ailleurs, et en marge du coup d’envoi officiel de la campagne de moissons-battages 2011/2012, Rachid Benaïssa a affirmé que les services agricoles prévoient une production nationale de 58 millions de quintaux de céréales. Il a révélé que la superficie globale emblavée, en cette année, a atteint les 3.376.000 ha dont la majorité semée en blé dur.

 

A ce propos, les dernières prévisions avancent que la wilaya de Mostaganem, a elle seule, compte doubler de sa production en cette année2012. En ce sens, il sera question de 940 000 quintaux de céréales, alors que la récolte de l’année écroulée ne dépassait pas les 500 000 quintaux. A ce propos, il a été précisé, que la superficie emblavée dans cette même région s’étale sur plus de 52 000 hectares. Les services agricoles de cette wilaya prévoient, ainsi, 835.222 quintaux de blé dur, 332 920 quintaux de blé tendre, et 528 356 quintaux d'orge et 25 202 quintaux d'avoine. Le rendement serait passé à 18 quintaux à l'hectare. Selon les spécialistes en la matière, l’augmentation de la production céréalière en Algérie revient à la bonne pluviométrie qui a marqué le térritoire national durant la saison hivernale. Celle-ci, a-t-on indiqué, a atteint les 365 mm durant les mois passés.

 

Par ailleurs, il est incontestable, que le soutien de l'Etat pour l'acquisition d'engrais, les mesures incitatives prévues dans le cadre du crédit « Rfig » pour les agriculteurs ainsi que les efforts déployés par les producteurs suite aux sessions de vulgarisation et de formation pour le développement de cette filière ont été d’un très grand apport pour l’amélioration de la production céréalière dans le pays. La campagne de moisson-battage, entamée la semaine dernière, se poursuivra jusqu'à la fin du mois de juin. Jusqu’à l’heure, plus de 2 500 hectares ont été moissonnés.

 

Selon les précisions des services concernés, les prix des céréales devront varier aux alentours de 4500 DA le quintal pour le blé dur, 3 500 DA pour le blé tendre et 2 500 DA pour l'orge, a-t-on indiqué. Considérée comme étant une des nouvelles zones potentielles de la culture céréalière, Adrar devrait enregistrer en cette même saison, une production de plus de cent milles quintaux de blé dur.

 

Cette même culture agricole ne dépassait pas les 80 000 quintaux en 2011. Dans cette grande wilaya du sud algérien, il est prévu que la campagne moisson-battage touche une surface de 2772 hectares ensemencée, en blé dur et irriguée sous-pivots. Depuis le début de cette saison de moisson-battage, une production de 23 511 quintaux de blé dur a été jusqu'ici engrangée sur une surface de 986 ha. Selon les précisions des responsables locaux, cette hausse « sensible » a été favorisée, non seulement, par les conditions climatiques, mais également et surtout grâce à la mobilisation de facteurs de production nécessaires dont l'acquisition des intrants agricoles et la bonne organisation de la saison depuis le lancement de la campagne labours-semailles.

 

C’est une année de bon augure comme on l’appelle communément dans le monde agricole, d’autant plus que le plan de développement a permis la création de nouveaux vergers oléicoles. A ce propos, le ministre de l’Agriculture et du développement rural a déclaré qu’il est question de 70000 d’oliviers son planté chaque année à travers le territoire national.

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article