Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web algérie

APS mardi 18 juin 2013 15 : 34

ALGER - Le président du Conseil national économique et social (CNES) Mohamed Seghir Babes a plaidé, mardi à Alger, pour une vision consensuelle entre les différents acteurs sur l’avenir et le nouveau mode de développement de l’Algérie.

"Nous voulons mettre en place une vision d’une Algérie gagnante en fixant un cap stratégique partagé à partir d’un consensus national très large sur les questions économiques, sociales et culturelles", a déclaré M. Babes lors du Forum économique et social du cinquantenaire.

Les organisations patronales, syndicales, les différentes institutions de l’Etat et l’ensemble des capacités de réflexion et d’anticipation, doivent être impliquées à l’élaboration de cette "feuille de route consensuelle visant à débattre de l’avenir de l’Algérie au-dessus des appartenances partisanes", a expliqué M. Babes.

La société civile organisée doit être aussi une partie prenante dans ce débat pour "permettre à la citoyenneté responsable de s’exprimer", selon le président du CNES.

"La société civile doit prendre sa responsabilité et délivrer sa voix pour dire qu’elle est un acteur clé des systèmes de gouvernance à tous les niveaux",, a-t-il soutenu.

La plate-forme consensuelle, qui doit être en cohérence avec les plates-formes d’action internationale, portera sur "les premières lignes du futur du pays pour proposer un nouveau mode de gouvernance et de développement durable", dira-t-il.

"Il est temps de construire l’Algérie post 2015. Nous sommes tenus de présenter un agenda dans le débat qui sera ouvert lors de la prochaine assemblée générale des Nations unies (ONU)", a-t-il indiqué.

" Nous devons présenter notre vision au monde et afficher nos ambitions haut et fort" a expliqué M. Babes, ajoutant que cette vision permettra de "placer l’Algérie sur la chaîne de valorisation internationale".

A cet égard, il a souligné que "toutes les énergies et tous les secteurs doivent participer librement, d’une manière décidée, déterminée, planifiée, encadrée et soutenue à la vraie création de richesse, hors de la rente pétrolière, peu importe qu’elles seront les perspectives de la durabilité de ces ressources naturelles".

Le nouveau mode de développement doit être basé sur le rôle d’"Etat stratège", outre son rôle régulateur, selon le président du CNES.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article