Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Samedi 20 février 2010 6 20 /02 /2010 00:33

Voici un article trés intérressant de Ali  l'administrateur du blog "Les amis du Djurdjura ". Comme moi , c'est un fils d'immigré qui n'a pas oublié que ses origines étaient en Algérie ce qui incombe des responsabilités et des devoir vis-à vis de ce pays comme nous en avont pour la France.
Il me semble important de dire que les bi-nationaux de notre génération doivent intégrer le fait qu'ils ont les moyens  financiers, professionels et culturels d'aider leur pays d'origine et qu'ils ont le devoir de ne pas l'oublier.
Je suis toujours trés offusqué d'entendre certains d'entre nous se limiter à critiquer les dérives de notre pays et de ses habitants, sans jamais chercher à faire évoluer les choses comme si ils n'étaient que des touristes en Algérie qui viendrait juste profiter de leur fort pouvoir d'achat.
J'aimerais aussi féliciter Ali pour sa démarche citoyenne et responsable qui a décidé de s'investir dans la préservation de son "coin de bled" Djurdjura avec ses amis en Algérie.

J'avais déjà publié un de ses articles sur le jardin et je suis ravi de vous faire partager celui-ci qui traite d'un sujet important.

Karim Tedjani


Bâtir au naturel.

Parce que contraint, l'homme est en train de revenir à des matériaux simples, moins polluants et respectant l'environnement, dans tout ce qui touche à la construction. C'est notamment le cas en Europe où l'on assiste à un foisonnement d'idées et d'initiatives concernant ce secteur, pendant qu'en Algérie l'on continue d'utiliser du ciment, du plâtre, des peintures industrielles...
Un autre phénomène irréfléchi et inconscient? Depuis quelques années, nous observons en Kabylie, et ailleurs, une ruée sur les climatiseurs qui poussent comme des verrues sur les façades des maisons, dont l'utilisation n'est pas toujours justifiée et les conséquences des plus néfastes sur l'effet de serre. C'est quand même un  paradoxe: on met en branle ces machines pour atténuer la canicule, mais ce faisant, nous contribuons au réchauffement de l'air environnant. C'est un peu l'histoire du serpent qui se mord la queue. Un cercle vicieux dont il est difficile de sortir si on ne prend pas des décisions courageuses.


bretagne hiver09 001-copie-1                                           Façades en bois mélaminé et triple vitrage.                                                                        

Ces dernières années, l'habitat passe donc au vert. Et la principale différence avec l'habitat traditionnel réside dans le choix des matériaux. Ces derniers devant être "propres" et naturels, sans effets nocifs pour les ouvriers qui les manipulent, ni pour la santé des futurs occupants.

bretagne hiver09 004-copie-1                            
Maison construite avec un matériau innovant: le bois.


De ces matériaux ne doivent se dégager ni toxicité, ni polluants qui laisseraient le moindre impact sur l'environnement. En outre, ils sont d'un coût énergétique faible vu qu'ils en consomment moins pour leur production, leur transformation, leur transport et restent finalement facilement recyclables.
Le principe d'une maison bioclimatique ou d'une habitation naturelle est aussi de profiter des ressources et du climat du milieu où elle est construite afin de canaliser les différentes énergies offertes par Dame nature. La disposition, l'agencement des fenêtres, l'isolation sont autant d'éléments qui permettent à la maison de profiter des apports extérieurs.
C'est une question de bons sens que de s'arrêter à chaque étape de sa construction et se demander: quelles sont les alternatives qui s'offrent à moi comparées à ce qui se fait habituellement dans le bâti traditionnel, en gardant bien en tête  que l'objectif est de réduire au maximum sa consommation d'énergie.

Le choix du type de chauffage est un autre facteur déterminant dans l'habitat biologique, et à ce propos, de multiples solutions de remplacement sont mises en place graduellement dans les pays développés. Elles sont certes coûteuses au démarrage mais vite rentabilisées au bout de quelques années:

- Les panneaux solaires photovoltaïques
- La pompe à chaleur air-air
- La chaudière gaz à condensation
- La pompe à chaleur géothermique
- Le chauffe-eau solaire...

                                              Maison avec panneaux solaires.

bretagne-hiver09-001.JPG
Site du chauffage alternatif: link 
Site du logement écologique:
link 

Avertissement:
En parcourant cet article, certains seraient tentés de croire que nous sommes loin des préoccupations du citoyen moyen. Sachez que cet article s'adresse avant tout à un lectorat averti.



Source: http://amis-du-djurdjura.over-blog.com/article-l-habitat-naturel--43438133.htmlbretagne hiver09 002                           Maison chauffée avec une pompe à chaleur air-air

                         
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Didius 20/02/2010 14:20


Je me demande si en ce qui concerne l'Algérie, il n'y a pas des matériaux naturels à retrouver qui ont toutes les qualités environnementales requises. Par exemple en France, il y a une tendance à
constuire en bois + paille. On a aussi retrouvé des techniques de brique de terre crue (ou brique de terre + fumier) très intéressantes puisqu'utilisant la terre locale (0 transport) et ayant des
qualité d'isolation remarquables.
Qu'en pensez vous ?


Karim Tedjani 20/02/2010 14:59




Et bien mon cher Didius le liège si je ne m'abuse a des vertus  exceptionnelles d'isolation et nous en avons beaucoup en Algérie, de l'argile aussi et je sais que la construction en
paille et terre cuite était très répandue avant que le ciment et le parpaing ne soit utilisés...La construction en pierre sèche aussi.
Je prendrais pour exemple ma famille à Guerbès qui avant construisait ses "barakas" avec les planches de bois que rejetait la mer. Nous avions une belle cuisine en terre cuite...et puis, les
jeunes ont voulut construire en "dur"....Je trouve leur nouvelles habitations peu adaptées à la chaleur et cela impose une climatisation et puis surtout je trouve que leur ferme a perdu de son
cachet...

Le bois, par contre ne peut pas être utilisé à grande échelle : nos forêts ont subit trop d'incendies durant les années "noires" de nos récente histoire. Il faut absolument  préserver nos
arbres et surtout