Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

Logo Liberté Algérie

Les décharges sauvages gagnent du terrain

Par : Rachid Hamatou

Un nouveau phénomène fait son apparition et ne menace pas un genre ou une variété, mais plutôt le parc tout entier : une décharge sauvage qui ne cesse de gagner du terrain et menace le fragile équilibre de la faune et de la flore. 

Le parc national de Belezma, d’une superficie de 26 250 ha, fut créé par décret présidentiel n°84/326 du 3 novembre 1984. Cette classification a été motivée par la présence de grandes étendues de cèdres de l’Atlas, d’une richesse naturelle, plus de 650 espèces végétales et 402 espèces animales. Considéré comme un patrimoine archéologique et historique d’une valeur inestimable, le parc englobe 8 communes, à savoir Fesdis, Jerma, Batna, Oued Chaâba, Hidoussa, Mérouana, Oued El-Ma et Sériana. Il se caractérise aussi par des cédraies dont la superficie avoisine les 30% du potentiel national, se situant à la limite des grandes influences sahariennes, considéré comme le plus méridional. La cédraie du parc de Belezma a connu depuis une vingtaine d’années un phénomène de dépérissement, touchant surtout les sujets âgés de cèdres, à cause de la sécheresse notamment. Les responsables du secteur ont dû recourir à la coupe de 210 ha de cèdres pour enrayer le processus. 
Cependant, un nouveau phénomène fait son apparition et ne menace pas un genre ou une variété, mais plutôt le parc tout entier. Une décharge sauvage ne cesse de gagner du terrain et menace le fragile équilibre de la faune et de la flore. La pratique illégale s’est installée en catimini et, depuis plusieurs années, ne cesse de prendre de l’ampleur. Lors d’une rencontre avec le premier responsable du parc national de Belezma, S. Abderahmen nous dira : “En 2008, il y a eu la création d’une commission présidée par le chef de la daïra de Batna. Une décision a été prise pour autoriser l’APC à utiliser une ancienne carrière mitoyenne du parc afin de déposer des déchets inertes. 
Nous entendons par déchets inertes ceux qui ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune autre réaction physique ou chimique. Or nous constatons que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas l’ancienne carrière qui est utilisée, mais la route qui mène vers le parc, mais aussi la nature des déchets, ce qui est déposé au bord de la route n’a rien à voir avec la décision prise par la commission.” 
En effet, les objets déposés surtout la nuit et clandestinement, aussi bien par les services de l’APC que par des particuliers, sont tout sauf des gravats comme convenu. 
Il s’agit d’anciens téléviseurs, de carcasses de réfrigérateurs, d’accumulateurs (batteries de voitures) qui laissent échapper des produits corrosifs, néfastes aussi bien pour la nature que pour l’être humain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article