Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://www.elwatan.com/

 

le 08.06.13 | 10h00

La plage de Sidi Boucif a été interdite à la baignade car elle a été polluée par les rejets de mazout des bateaux de pêche, selon les analyses.

Pour la saison estivale ouverte ce jeudi à Rachgoun, une plage a été interdite à la baignade sur les 20 habituellement autorisées. Il s’agit de celle de Sidi Boucif située à proximité du port de Béni-Saf. Elle a été polluée par les rejets de mazout des bateaux de pêche, selon les analyses. Par contre, ceux des égouts de la ville qui se jettent dans son voisinage n’ont pas été mis en cause.
Cette petite plage qui porte le nom du saint patron de la ville de Béni-Saf fait partie des 203 plages interdites à la baignade à travers le littoral algérien dont Témouchent possède une façade de 80 km.

Néanmoins, Sidi Boucif, qui a connu des interdictions à la baignade les années passées pour les mêmes raisons, pourrait être rouverte au cas où de nouvelles analyses prouveraient la diminution de son taux de pollution. Quant à l’ouverture officielle de la saison estivale, elle a été rehaussée par la présence du DG de la Protection civile, le colonel Mustapha Habiri. Il y a procédé au lancement de la campagne nationale de surveillance des plages pour la saison estivale de 2013. Il lui a été indiqué qu’à Témouchent, la fréquentation des plages a déjà enregistré le nombre de 44 000 sachant que durant la saison 2012 ce nombre a atteint 7 millions.

Par ailleurs, 140 agents saisonniers ont été recrutés sur concours pour s’ajouter aux 80 agents professionnels de la Protection civile ainsi qu’aux 12 plongeurs mobilisés. Cette année, ils auront certainement beaucoup à faire sachant que 6 313 personnes ont été sauvées d’une mort certaine en 2012, une année où trois décès par noyade ont été déplorés. Sur un autre plan, la question se pose de connaître durant les semaines à venir l’impact du concours de la meilleure ville côtière institué par la Direction du Tourisme et de l’Artisanat de la wilaya d’Aïn Témouchent.

Doté d’un montant d’un million de dinars, pourra-t-il allécher l’APC de Béni-Saf qui croule sous la saleté depuis des années ? Enfin, si la formule du séjour chez l’habitant qui a commencé à sérieusement suppléer à l’insuffisance en matières de structures d’accueil des estivants affluant de toutes les régions d’Algérie, d’aucun s’interroge à Témouchent sur l’énigmatique fermeture de deux hôtels, les seuls d’un standing appréciable au niveau du chef-lieu de wilaya.         

Mohamed Kali
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article