Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

En plus d’être source de vie, l’eau dans l’oasis de Bou Saada, a été source d’énergie motrice. Le génie hydraulique, en faisait bon usage. C’est ainsi, que depuis les temps où la mémoire puisse s’en rappeler, elle a servi à désaltérer l’homme et les bêtes, à irriguer le jardin vivrier et à faire tourner l’aube du moulin. Escarpé, le relief se prêtait à rendre le cours d’eau de l’oued impétueux, par endroits, pour pouvoir faire mouvoir l’aube pesant plusieurs tonnes. Le cours, d’une eau pérenne, issu du massif du Djebel Messaâd d’où il dévale sur plusieurs kilomètres, creuse la roche sur une profondeur de plusieurs mètres. Encaissé et sinueux, il devient moins tourmenté à hauteur des grottes appelées « Tanières des lionnes », pour se laisser enjamber par un gué. Le ruissellement des rares précipitations, a érodé un talweg de strates telluriques, rares dans le monde, appelées par les géologues : « Quiestas de Bou Saada ». Elles portent le nom local de « Z’regat » par corrélation avec les tons bleuâtres de leur couleur. Le premier habitant, s’est installé justement là où l’eau constituait, un atout majeur pour sa survivance. Agro pasteur, il s’est citadinisé au voisinage de la ressource hydrique. Il aura à développer le génie hydraulique par un savoir faire industrieux, à même de transformer le produit de la terre, en produit assimilable notamment le grain céréalier. Son succédané, le son, faisait la soudure hiverno-printanière quand, les pacages étaient trop maigres pour alimenter le bétail. Immensément grande, la roue en bois ouvragé, comportait un axe qui entraînait la roue d’acier placée à l’intérieur. Cette dernière transmettait le mouvement, à l’aide d’une large courroie de cuir, à l’engrenage de la meule supérieure. Il n’était pas rare que de fâcheux accidents soient occasionnés par la rupture de cette « bestiale » courroie. L’aube, plaçait parallèlement à la bâtisse, pouvait atteindre jusqu’à six mètres de diamètre, surmontée d’une amenée d’eau, elle tournait dans sa moitié inférieure, dans une fosse profonde. Faites de bois de genévrier, les poutres parallèles partaient, tels des rayons, de l’axe vers la circonférence pour se solidariser par des caissons en circonvolution. L’ouvrage, transpercé par de grosses tiges filetées arrimées par de gros boulons, grinçait quand même sous le poids de la cascade. (...)

Lire l'article complet:  

           http://sidielhadjaissa.over-blog.com/article-bou-saada-la-saga-des-moulins-a-grains-par-farouk-zahi-46914952-comments.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article