Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Centre de formation et de vulgarisation agricole de Médéa", suivit d'une reflexion de Karim Tedjani sur l'agriculture et l'élevage en Algérie.


Vendredi 19 Février 2010 -- Le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a inscrit dans son programme le volet relatif à la formation dans la filière lait, en direction des cadres des structures locales et des instituts spécialisés, et ce en collaboration avec des experts hollandais. L’action de formation mise en œuvre est l’expression d’une coopération entre les deux gouvernements en vue de mettre à la disposition des cadres algériens le savoir-faire hollandais en matière d’amélioration de la filière lait. C’est au Centre de formation et de vulgarisation agricole de Médéaqu’une session de formation d’une durée de trois jours a été organisée du 15 au 17 février, au profit d’une vingtaine de cadres venus de plusieurs wilayas du pays. Encadrée par quatre experts hollandais, la session a porté sur plusieurs axes en rapport avec l’alimentation et la nutrition du cheptel, la gestion de la ferme et la santé animale, la transformation du lait dans une ferme et dans une usine, l’amélioration génétique et l’élevage des veaux. Des démonstrations pratiques ont été organisées sur site par le biais de visites dans une ferme pilote à Ouamri et dans une autre située à Ksar El-Boukhari où une laiterie appartenant à un promoteur privé est opérationnelle depuis quelques années. Pour consolider les développements théoriques dispensés, un exercice interactif a été prévu afin de permettre aux participants de soulever les cas de goulots d’étranglement observés au niveau des fermes visitées et les solutions et approches pouvant être envisagées. Cette coopération est bénéfique dans la mesure où elle permet un transfert de savoir-faire, dont l’encadrement est assuré par des formateurs d’un pays connu pour ses capacités et son savoir en la matière, fait-on remarquer. Et d’indiquer que cette action de formation fait suite à une précédente action qui s’est déroulée en novembre dernier en Hollande, s’ajoutant aux nombreuses autres opérations du ministère en ce qui concerne les mesures de soutien et d’accompagnement au profit des agriculteurs et des cadres du secteur.
__________________
Matadjem yinmixan


Commentaire de Karim Tedjani:


J'aimerais , si vous le voulez bien,  réagir sur le sujet évoqué dans cet article.
Une collaboration avec l'Europe, en matière d'élevage et d'agriculture est forcément une bonne chose. Depuis des siècles, les habitants du territoire nord-africain et les européens partagent leurs savoirs et ce en s'influençeant mutuellement.
Mais pas n'importe laquelle...
Attention à ne pas tomber dans le "piège" de l'élevage et de l'agriculture  industriels. dans lesquels ont foncés tête baissée nos chers voisins ...
En Europe, la façon dont sont traités certains  animaux , dans  de véritables usines à "produire"  et non plus des fermes ,  laisse vraiment à désirer au point de ressembler à de véritables camps de concentrations .
La baisse qualitative  de la viande et l'impact sur l'environnement  qu'il est justifié d'imputer à ce type de production doivent faire réfléchir les paysans algériens.
De même que les consommateurs du pays  doivent se poser la question si ils ont raison de vouloir consommer massivement de la viande et du lait quand on sait que , non seulement ce n'est pas forcément bon pour la santé, mais qu'en plus cela pollue apparemment notre environnement planétaire.
Il y a des leçons a tirer du comportement de la majorité des éleveurs et agriculteurs européens qu'il ne faut pas non plus incriminer mais dire qu'ils ont été victimes ( c'est mon impression) d'un système économique mondial  qui ne considérait plus la qualité comme une priorité, mais  fabriquait en énormes  quantités des produits consommés  par un public  de plus en plus vorace  et futile .
La majorité des éleveurs français, par exemple, juste avant la grande révolution industrielle qu'a connue la France, pratiquaient un élevage traditionnel dont ils peuvent être plus que fiers.
En France, pays disposant d'une culture paysanne d'une grande richesse, on élévait  du bétail et fournissait aux consommateurs   une viande et un lait  de qualité grâce notamment à des pâturages  exceptionnellement  bien entrentenus  et une culture ancestrale du respect de l'environnement.
Il y avait bien entendu le savoir faire des gens de la campagne et leurs traditions....
De générations en générations ,  avec un grand respect des animaux et de la nature les anciens paysans français que je salue au passage,ont été les gardiens d'un patrimoine naturel qui a fait la renommée de ce pays.
Puis, sous l'impulsion et la pression de campagnes soit disant pour aider ces paysans à travailler mieux, ce patrimoine a subi en quelques décennies  un véritable bouleversement.
Avec les méthodes de productions post deuxième guerre mondiale , on s'est mis non plus à élever, mais plutôt à produire du bétail.
Pour nourrir ce bétail , on a dit au paysans français  qu'il fallait produire (non cultiver)  du maïs et du soja (à perte souvent) afin de nourrir des cheptels de plus en plus énormes  et ce avec  des exigences de rendements impossibles à atteindre si  l' on veut vraiment  respecter la Nature.
Les méthodes industrielles d'élevages et de cultures sont aussi  la conséquence directe de nos comportements alimentaires.
Il est préférable de manger moins souvent de la viande, à un prix nettement plus élevé certes, mais d'une qualité incomparable avec celle qui est produite à grande échelle et qu'on veut nous faire quotidiennement ingérer dans les grandes villes de l'ère  "moderne".
Aujourd'hui, les rivières, les fleuves, les forêts, la mer ect..., toutes ces richesses dont la France disposait, ont été pollués pour satisfaire cette exigence infondée et au fond qui ne profite qu'a une faible minorité qui elle, souvent ne mangerait jamais les produits qu'il nous vendent...
L'Algérie, qui a déjà entamé ,avec les résultats mitigés  qu'on lui connaît , sa propre "révolution industrielle", a  perdu bien plus de la moitié des espèces sauvages que ce magnifique hébergeait  encore  jusqu'au début du vingtième siècle.
 Nos réserves d'eau risquent de s'épuiser à au cause notamment d'une gestion non raisonné des cultures et des élevages.
Le pillages des dunes en zone côtière est un véritable désastre pour l'équilibre de nos écosystèmes et notre biodiversité.Les déchets industriels et les pesticides empoisonnent notre terre si fertile....
Qui a-t-il vraiment à gagner pour les algériens à vouloir reproduire les  récentes erreurs  et dérives industrielles et consuméristes des Européens?
Le vrai exemple à suivre, c'est celui de leurs efforts à endiguer ce désastre.
Le vrai partage avec  l'Europe, et plus particulièrement la zone méditerranéenne de ce continent , serait de travailler ensemble pour relever les défis environnementaux de demain. Nos plus proches voisins ont souvent les mêmes problématiques que nous et des solutions différentes qui pourraient se compléter...
Apparemment les choses semblent évoluer dans ce sens, il suffit de se rendre sur le site Strabon dédié à la méditérranéen  pour constater que des efforts sont faits par des pays comme la France, l'Italie, la Gréce , l'Espagne , l'Algérie, la Tunisie et le Maroc pour ne citer qu'eux...
Nous avons en commun une culture et une nature magnifique qui est en danger....La mer méditerranéenne est parmi  ou si ce n'est la plus polluée du monde!
Je pense que nous avons vécu en Europe  une ère industrielle  comparable à un second moyen age et qu'il serait temps d'entrer dans une Renaissance Naturelle.
Les algériens et les algériennes ont la chance, oui je pèse mes mots, de vivre dans un pays qui n'est pas totalement industrialisé....Ils ont, pour peu qu'ils  s'en donnent les moyens et bien entendu  si l'on ne les en  decourage pas, les moyens de prendre de l'avance sur leur voisins dans cette Renaissance écologique.
En Europe, il faudra faire machine arrière, "décroître" nous disent même certains idéologistes pour sauver la Nature et donc l'Humanité .
En Algérie il ne faudrait surtout pas  pas foncer en avant dans une voie suicidaire et donc en quelque sorte ne pas  chercher à croître outre mesure ....
Le bonheur est dans le pré, la santé dans le ruisseau et la beauté partout où il y a de la Nature naturelle.
J'espère que l'Algérie va pas tomber dans un matérialisme et un gaspillage de ses richesses naturelles  qui n'est pas la meilleure facette du tempérament de ces jeunes habitants.
Dans ce pays, une culture très ancienne  de la sobriété existe aussi , il ne faudra pas l'oublier.
Merci d'avoir pris le temps de lire ces avis qui je vous le concède  n'engagent que moi et sont produits par quelqu'un qui n'a aucune légitimité scientifique ou politique....Ces commentaires sont  a prendre comme  les réflexions  d'un simple  citoyen du monde, un méditerranéen  qui partage sa vie et son amour entre  les deux  "rives" de ce "continent dans le continent" qu'est la Méditérrannée .

Karim Tedjani pour "Nouara" , le 1 Mars 2010.
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article