Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

http://www.elmoudjahid.com/

 

PUBLIE LE : 29-04-2013 | 19:17

Par Wassila Benhamed

Le plan national climat a été présenté hier, par le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la ville. Ce document stratégique élaboré en partenariat avec l’agence de coopération allemande GIZ passe en revue les défis majeurs auxquels est confrontée l’Algérie en termes de changement climatique, les mesures d’atténuation et d’adaptation qui s’imposent, particulièrement aux secteurs prioritaires identifiés, tels que l’agriculture, les ressources en eaux et la santé. Le plan national climat présente également des propositions concrètes d’actions opérationnelles, ainsi que celles portant sur la structure institutionnelle et la répartition des rôles et fonctions pour sa mise en œuvre.

 
Ce plan a été élaboré par un groupe d’experts et validé en plusieurs étapes par le comité interministériel, rassemblant de hauts cadres de tous les ministères concernés dans la perspective d’assurer que le progrès et les fruits du développement national ne soient mis en péril par l’évolution future du climat algérien, d’épargner ainsi les coûts importants de l’inaction. Il s’agit également d’instaurer une structure institutionnelle et d’établir un cadre pour le «main streaming» dans tous les secteurs et ministères concernés, de mettre en cohérence les programmes et actions des différents secteurs et de les cordonner avec les plans nationaux de développement économiques et social.

 
Le Directeur de l'Agence nationale de Changement climatique, M. Kamel Mustapha Kara, a déclaré que «le plus important aujourd’hui, est de stabiliser les gaz à effet de serre et que les pays développés s’engagent politiquement».

 
Et d’ajouter : «l’Algérie et l’Afrique ne sont pas responsables des changements climatiques.»  
De son côté, le président de Ecosys, M. David Maradan, a expliqué que «l’objectif du plan est de faire le bilan des connaissances climatiques en Algérie, comprendre et identifier leur impact sur l'économie nationale et la société, identifier les vulnérabilités du développement national, identifier les plans, programmes et politiques et examiner dans quelle mesure les stratégies nationales et sectorielles.»
L’expert a indiqué que «les coûts des dommages des changements climatiques en Algérie se situent entre 1.3 % et 4.3 % du PIB algérien de 2009.»

 
Wassila Benhamed

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article