Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web NOUARA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

APS
Dimanche 9 décembre à 18:41

« La perspective des changements climatiques interpelle tout un chacun à explorer tout à la fois les formes inédites ou accentuées de risques qui pèsent sur les milieux et les sociétés oasiens, notamment ceux liés aux canicules, aux inondations et à l’ensablement », ont souligné des spécialistes lors de cette rencontre organisée par l’école polytechnique d’architecture et d’urbanisme (EPAU) d’Alger et l’école nationale supérieure d’architecture de Toulouse (ENSA) (France).

Dans ce schéma, la priorité est donnée aux régions sahariennes où les conditions de vie des établissements humains regroupés autour des oasis sont les plus menacées.

L’Algérie, pays aride et semi-aride, a toujours été vulnérable aux conditions climatiques et, depuis la décennie 70 du siècle passé, sa vulnérabilité s’est accrue, du fait du « shift » climatique, exacerbé par les pressions humaines liées à la croissance démographique, l’utilisation intensive des sols, la désertification accélérées, la raréfaction des ressources naturelles et la fragilité des systèmes socio-économiques, ont relevé les participants à ce workshop.

Pour eux, la gravité de cette question et les enjeux de développement pour l’Algérie sont tels qu’ils ont largement dirigé les réflexions du nouveau Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) et ont conditionné les orientations stratégiques d’aménagement du pays.

Aicha Boussoualim, responsable du projet « Tassili » (algéro-français) mené depuis 2009 dans la région de Gourara-Touat, a souligné « la nécessité » d’étudier les combinaisons de facteurs sociaux, techniques et écologiques sous-jacents aux vulnérabilités les plus significatives et relever particulièrement les effets déterminants des formes urbaines ».

Elle a affirmé, dans une déclaration à l’APS, que « la prise en compte du changement climatique dans les pays en développement peut s’opérer le plus vite possible pour l’inscrire dans une trajectoire de développement durable ».

Elle a appelé, dans ce sens, à rechercher les principes d’amélioration de la durabilité des milieux urbains oasiens, notamment en matière de configuration urbaine qui combinent actions de prévention et d’adaptation.

Pour sa part, Luc Adolphe, de l’ENSA a affirmé que le phénomène du changement climatique et sa principale cause « l’anthropien » sont, aujourd’hui, des « faits avérés ».

« Seules la rapidité et l’ampleur de ces changements font encore l’objet de débats scientifiques. Aussi, est-il vital pour tous les Etats de prendre les mesures nécessaires pour gérer les effets en tant que risque majeur et développer les capacités de réponse, comme le soulignent les obligations de la convention-cadre sur les changements climatiques », a fait remarquer le Pr. universitaire français.

Le même intervenant a, par ailleurs, appelé à vérifier si la « culture d’adaptabilité des populations locales habituées à l’extrême variabilité climatique reste suffisante face à la situation inédite qu’elles vivent ».

Pour lui, les villes du sud et leurs populations sont les plus « vulnérables » face aux changements climatiques, d’où l’importance de la sensibilisation et de l’information autour de du développement urbain et durable, a-t-il précisé.

 

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mehdi assem 27/01/2013 11:42


Ces catastrophes naturelles les maladies et les accidents de la route des punitions d'ALLAH en président Bouteflika d'appliquer la charia islamique aujourd'hui pour éviter le pire ni plus ni
moins ALLAH a avertit pharaon 9 fois en 40 ans après ALLAH a met fin a pharaon par un tsunami ALLAH a avertit Bouteflika et les algériens 9 fois en 4 jours le tsunami de pharaon est loin mais le
tsunami de Japon en 2011 attention a la vengeance d'ALLAH ALLAH ne s"amuse pas par ces avertissements