Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

ALGER - L’Algérie est appelée à prendre des mesures d’adaptation pour faire face aux effets néfastes qui peuvent découler des changements climatiques, a indiqué lundi à Alger le représentant de l’Office national de la météorologie, Kamel Boucherf.

"Etant un pays très vulnérable aux changements climatiques, l’Algérie doit prendre des mesures préventives afin de faire face aux effets néfastes, notamment les phénomènes extrêmes tels que les inondations et la sécheresse", a précisé M. Boucherf lors d’une table-ronde sur le sujet, organisée par le quotidien DK. News M. Boucherf a expliqué dans ce sens que les phénomènes extrêmes appelés auparavant "centenaires" tels que les inondations, la canicule sont de plus en plus fréquents à cause des changements climatiques.

"Nous devons mettre en place un système d’alerte car nous aurons une augmentation des phénomènes extrêmes dans les dix années à venir, pour éviter les catastrophes", a préconisé M. Boucherf, estimant que "les deux vagues de froid et de canicule qui ont déferlé sur l’Algérie sont le résultat des changements climatiques".

Il a mis en exergue, dans ce cadre, le rôle que peuvent jouer les médias en matière de vulgarisation et de sensibilisation, d’autant plus, a-t-il dit, qu’il n’existe pas une "culture climatique", tant au sein de la population qu’aux sein des institutions de l’Etat.

"Faute de culture climatique, il y a un déficit en matière de communication entre les services de la météorologie et le centre national de climatologie", a également noté M. Boucherf.

De son côté, l’expert en climatologie, Kamel Mustapha Kara, a recommandé, en plus de l’utilisation rationnelle de l’énergie, l’intégration des facteurs climatiques dans toutes les stratégies de développement notamment dans le secteur agricole en tenant compte des changements climatiques.

"Dans les pays développés, la climatologie est devenu un outil d’aide à l’agriculture, ce qui n’existe pas encore chez nous", a-t-il regretté.

M. Kara a souligné, en outre, que le continent africain, première victime des changements climatiques causés par les émissions de gaz à effet de serre, doit "défendre ses positions".

Il a relevé, à ce propos, que les Etats-Unis et la Chine, deux grand pays émetteurs de gaz à effet de serre demandent aux pays africains de diminuer l’émission de ces gaz, ce qui, a-t-il affirmé, est "inconcevable".

Plus de 60 % des centrales électriques aux USA et de 80 % en Chine fonctionnent avec le charbon dont l’utilisation a provoqué l’augmentation des gaz à effet de serre, selon M. Kara.

impression 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article