Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Cinq thoniers pour réaliser le quota de thon rouge attribué à l’Algérie" Par Le Maghreb Emergent

 Un quota de 243 tonnes à faire afin de prétendre à une augmentation du quota algérien

 

La météo a retardé de quelques jours le début de la campagne de pêche du thon rouge en Algérie, prévue du 26 mai au 26 juin. Elle devrait s’améliorer à partir du début de la semaine prochaine. Objectif : pêcher le quota attribué afin de prétendre à l’augmenter.

 

 

Six armateurs sur les sept ayant soumissionné pour la présente campagne de pêche du thon rouge ont été retenus par la commission ministérielle ad hoc. Ces armateurs disposent en tout de cinq thoniers senneurs et un palangrier. L’armateur, propriétaire du palangrier, pour cause de dossier non fourni à temps, ne participe pas à la présente campagne. Il pourrait participer au quota algérien la campagne de pêche de janvier à mai 2014. Pour l’heure, il ne le peut pas car la participation est subordonnée à une notification à la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) un mois avant le début de la campagne, soit avant le 01 décembre. Selon les règles, les armateurs d’un pays peuvent pêcher le quota annuel attribué à leur pays soit aux palangres du mois de janvier au mois de mai ou à la senne du 26 mai au 26 juin. Le démarrage de la saison de la pêche à la senne, rendu difficile par les conditions météorologiques, n’a pas entamé pour autant le moral au ministère de la pêche et des ressources halieutiques. «On pourra normalement réaliser notre quota, c’est dans nos cordes.», a affirmé une source au ministère de la pêche.  Les armateurs se sont constitués en deux groupes de pêche afin de s’entraider en mer selon cette source. Le ministère, après consultation des armateurs, a opté pour une répartition équitable du quota algérien qui est de 243 tonnes :  48, 6 tonnes pour chacun.  Un des armateurs retenu, a révélé la même source, n’a néanmoins pas retiré son permis de pêche. «Il a invoqué difficultés de paiement des redevances auprès du trésor public. Les recettes du trésor public ferment leurs guichets pour les cinq derniers jours du mois et il n’a pu le faire à temps. Le ministère de la pêche et des ressources halieutiques lui a en tout cas adressé une correspondance le sommant de retirer son permis le plus tôt possible.», a-t-on indiqué. «De toute façon les autres armateurs n’ont pas encore commencé à pêcher à cause des conditions météorologiques et il pourrait se rattraper le plus normalement du monde. A défaut, le ministère serait dans l’obligation de lui retirer son quota et le répartir sur les autres armateurs. Nous sommes tenus par honorer nos engagements vis-à-vis de la CICTA pour pouvoir prétendre à une augmentation de notre quota pour la campagne prochaine. Et, la réalisation de notre quota nous permettrait de négocier en position de force.». 

 Une redevance de 10 000 et 12 000 euros

 Les armateurs doivent s’acquitter d’une redevance instituée par la loi de finance complémentaire de 2009 pour obtenir l’autorisation de pêche. S’agissant de la pêche au thon rouge, elle  compte un «élément fixe», fixé pour les thoniers palangriers  à 60 000 DA (600 euros environ) pour tout navire inférieur ou égal à 24 mètres et à 72 000 DA (720 euros environ) pour ceux supérieurs à 24 mètres.  Pour les thoniers senneurs, il est de 72 000 DA pour les bateaux inférieur ou égal à 24 mètres et de 90 000 DA (900 euros environ) pour ceux supérieurs à 24 mètres. L’«élément variable» de la redevance est de 20 000 DA la tonne autorisée pour le thon mort et 24 000 DA la tonne autorisée pour le thon vivant.  Ainsi, en fonction du quota attribué à chacun des armateurs algériens engagé à la faveur de la présente campagne, la «redevance variable» est de 972 000 DA (9 000 euros environ) pour le thon vivant et de 1 166 400 DA (11 000 euros environ) pour le thon vivant. Pour rappel, l’Algérie n’a pas été en mesure,  pour des raisons multiples, de pêcher le quota qui lui était réservé (plus de 600 tonnes). Le quota a été revu plusieurs fois à la baisse pour descendre en dessous de la barre de 100 tonnes avant qu’il ne soit porté cette année à 243 tonnes à l’issue de la toute dernière réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique. Ce quota annuel pourrait augmenter encore si les armateurs algériens arrivaient à pêcher ces 243 tonnes.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article