Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Collectivités locales : Cap sur le Sud" Par El Moujahid.

 

http://www.elmoudjahid.com/

L’Algérie a déployé ces dernières années d’importants efforts pour relancer le développement local, notamment dans les régions du Grand Sud et des Hauts Plateaux où les actions de l’État sont particulièrement orientées vers les grands projets d’infrastructures socio-économiques, ainsi que le désenclavement des régions de l’extrême Sud. Parmi ces projets, on cite l’annonce de la prochaine création d’agglomérations dans le sud du pays, et cela afin de réduire les distances entre les villes, à l’image des quatre nouvelles prévues entre In Salah et Tamanrasset,  et deux autres entre Reggane et Adrar.

Selon le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, il y aura également une importante agglomération entre Béchar et Tindouf, et le développement de l’agglomération de Bordj El-Houas entre Illizi et Djanet. Le ministre, qui a procédé samedi dernier à l’installation des nouveaux walis, a annoncé par ailleurs le lancement d’une future ligne du chemin de fer devant relier Béchar à Adrar et Touggourt vers d’autres wilayas du Sud. Il s’agit d’une réelle prise en charge des préoccupations des populations locales, basée sur l’amélioration des conditions de vie de ces populations. Cette préoccupation de développement du Sud, ainsi que de la région des Hauts Plateaux figure en bonne place dans la problématique d’aménagement du territoire récemment élaborée par le gouvernement. Le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) insiste sur le danger que représente, pour l’Algérie, la concentration de 64% de la population sur 4% du territoire situé dans le Nord, territoire soumis par ailleurs à une forte sismicité. Conscient de cette menace, l’État a mobilisé durant la dernière décennie d’importants financements de projets socio-économiques pour réduire les distances, et favoriser l’action d’améliorer la mise en œuvre des programmes de développement engagés en faveur des wilayas du Sud.
Programmés ou en cours de réalisation, ces projets s’ajouteront à ceux déjà réceptionnés, notamment dans les secteurs de l’hydraulique et des travaux publics, comme le transfert hydrique In Salah-Tamanrasset ou encore  la route transsaharienne d’une portée internationale. Ces projets «extrêmement» coûteux de 570 km de double conduite permettront ainsi le désenclavement de la zone frontalière et hisseront la capitale de l’Ahaggar au statut de capitale régionale
Sur les trois plans quinquennaux (2000-2012), une enveloppe de 495 milliards DA a été dégagée pour toutes les willayas du Sud, dont 122 milliards DA pour la wilaya d’Illizi durant la même période. L’objectif principal visé à travers tous ces projets est de réduire la pression démographique exercée sur l’étroite bande côtière, qui abrite la grande majorité de sa population et rétablir par la même occasion l’équilibre entre les différentes parties du  territoire national, à savoir  le littoral, les Hauts Plateaux et le Sud. Il s’agit de limiter l’hyperconcentration humaine dans la capitale, génératrice de difficultés de gestion urbaine (réseaux, équipement, circulation), et de mettre un terme à l’extension permanente de la ville, souvent au détriment des meilleures terres agricoles de la région. Vu leurs potentialités, les régions du Sud pourraient contribuer à hauteur de 30% à la production nationale dans les prochaines années au lieu de 18,2% actuellement, selon des estimations d’experts. Pour relancer l’agriculture, principale activité économique dans les wilayas du Sud, dont le regain d’intérêt des opérateurs ne cesse d’augmenter, l’État a engagé des programmes complémentaires de près de 80 milliards DA pour la période 2012-2014.
Cette enveloppe servira au financement de l’aménagement et de la préservation des parcours sahariens et le développement des élevages, notamment camelin. Il s’agit aussi de la préservation et du développement des oasis et des cultures fourragères. L’Algérie a besoin de tous ses enfants pour jeter les bases d’un développement global qui profite à tous. D’ailleurs, le premier ministre a déclaré, à plusieurs occasions, la nécessité de voir l’ensemble des régions, particulièrement celles des Hauts Plateaux et du Sud, rejoindre le même niveau de développement que celui du Nord.
S. Sofi

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article