Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Logo Liberté Algérie

Mardi, 25 Juin 2013 09:50

Optimisation de la gestion de tous les secteurs

Par : Nabila SAIDOUN

“J’aimerais lancer un appel solennel à tous les acteurs concernés pour élaborer un     ‘grand’ système d’information géographique national auquel tout le monde participerait et sur lequel chaque partie pourra superposer sa propre couche et sa propre base de données, afin de veiller à ce que la description spatiotemporelle de notre pays soit partagée entre tous les acteurs du développement durable”, a déclaré Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, lors de l’ouverture, hier au Sofitel, du colloque algéro-français sur les systèmes d’information géographique (SIG), organisé par la mission économique Ubifrance, en partenariat avec l’Association française de l’information géographique. L’occasion pour les experts algériens et leurs homologues français de s’échanger informations et expériences et d’identifier les partenariats possibles à travers la mise en œuvre de projets concrets dans un secteur incontournable pour le développement économique du pays. 
À ce propos, le représentant de l’INCT a souligné que “beaucoup de choses sont faites en Algérie, sauf qu’il n’existe pas de véritable coordination entre les différents intervenants du domaine”. Ceci implique évidemment un coût, comme expliqué par Jean-Philippe Grelot, DG adjoint de l’IGN, qui a abordé, pour sa part, “la mise en place d’une infrastructure nationale de données géographiques : cadre réglementaire et organisationnel”. L’orateur a appelé, à ce titre, d’établir en premier lieu une liste des usages et regarder ce qui est utile et pour quel contenu en partant d’une analyse rationnelle. Présentant “la direction européenne Inspire” comme référentiel, M. Grelot a insisté sur la pertinence d’une bonne répartition des rôles, le mode de gouvernance et l’accès immédiat à l’information indiquant que “les plates-formes régionales peuvent se greffer sur le portail national”. Il expliquera, en outre, que “l’unicité de la collecte évite la duplication de l’information et donne lieu à plus de cohérence”. 
Autrement dit, l’interopérabilité pour arriver à un référentiel fiable, et c’est justement là le grand besoin de l’Algérie qui enregistre de grandes lacunes en la matière. Aujourd’hui, la demande émane beaucoup plus du secteur public avec une prédominance de tous les corps sécuritaires confondus alors que le secteur économique, notamment privé, en pleine expansion, en a également grand besoin.
L’information est-elle disponible ? Les représentants de l’INCT répondent par l’affirmative. Reste à savoir à quel point est-elle accessible et son degré de fiabilité ? Quoi qu’il en soit, le CA de l’INCT est de l’ordre de 1,3 milliard de DA pour 2012 pour la production de cartes, prises de vue aériennes, fourniture de données et information géographique, etc. Le plus grand producteur en information géographique algérien chargé d’élaborer la cartographie du territoire est également sollicité par les opérateurs économiques publics et privés. “Ce type de rencontres sont intéressantes pour nous car nous ne pouvons pas rester coupés du monde, notamment dans ce domaine de haute technicité et en perpétuelle évolution. Nous devons restés à l’écoute et avoir beaucoup de contacts”, a estimé M. Mohamed Abdedou, représentant de l’INCT, qui a prôné l’acquisition du savoir-faire auprès des partenaires internationaux. C’est d’ailleurs le but recherché par les nombreuses entreprises participantes à ce colloque qui a regroupé Star Apic, éditeur de logiciels, Fit-Memoris, Aerodata, intergraph, Stancom, Sertit…


N S

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article