Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

http://www.elwatan.com/

 

Une véritable tourmente gagne la population dans 7 villages de la commune de Fréha, à 30 km à l’est de TiziOuzou, en raison de l’absence quasi-totale d’eau potable depuis de nombreux mois. Ces villages sont notamment Aït Bouali, Ajerrar, Azrou, IguerBourane, Timerzuga, Tala Tegana et Tikhorvine.A plusieurs reprises, l’année dernière, les présidents des comités de ces villages ont rencontré le chef de daïra d’Azazga auquel ils ont exposé leurs doléances à ce propos. Des promesses leur ont alors été données par ce responsable concernant notamment l’installation d’une station de pompage à partir du booster (réservoir de refoulement) existant au niveau de l’oued Sebaou, à proximité du hameau de Chaouffa (commune de Mekla).Les habitants de 7 villages de la commune de Fréha souffrent du manque d’eau depuis des mois, en dépit de la récente réalisation d’un nouveau réseau AEP.

 

Ce responsable administratif leur avait promis encore, selon les membres de ces comités, d’alimenter incessamment leurs villages à partir de la conduite de refoulement de Taksebt. «Malheureusement, disent nos interlocuteurs, une année après, aucun engagement des autorités n’a été concrétisé». «Quoique beaucoup de foyers ont payé chacun plus de 10.000 DA les branchements aux domiciles et les compteurs, notamment à Timerzuga, un village de plus de 700 habitants, la population de ces villages ne bénéficie toujours pas d’eau potable», explique-t-on. Aussi le calvaire des femmes et des hommes de ces villages est en train de s’ac-centuer chaque jour en cette veille du mois de ramadan.

«Très mal réparties, les petites quantités libérées n’ont même pas le temps d’arriver dans les robinets de nos foyers ; elles sont épuisées entre un château et un autre où existent des piquages illicites en plus du phénomène d’air emplissant la tuyauterie des conduites», font remarquer ces villageois, dont le calvaire vient aussi du transformateur électrique de faible puissance à partir duquel le moteur de pompage est alimenté mais qui disjoncte à chaque fois.

De multiples branchements illicites y sont opérés par les habitants du hameau de Chaoufa, précisent les membres des comités de ces villages. «Le chef de daïra nous avait promis de renforcer ce transformateur ou de le remplacer par un autre plus puissant pour que les branchements illicites n’aient pas d’effets sur le moteur de pompage, mais rien de concret jusqu’à présent», précisent nos interlocuteurs. Ainsi devant les piquages illicites entre réservoir et un autre, les milliers d’habitants de la région n’ont pas d’autres choix que de puiser leur eau de consommation à partir de puits traditionnels ou de l’acheter par citernes, alors que d’autres font la chaîne quotidiennement devant les fontaines publiques dont l’eau est acheminée de sources naturelles.

Or, l’eau de ces sources dont le débit diminue de jour en jour, ainsi que celle des puits, nécessite impérativement des analyses. A rappeler que des agents de l’Algérienne des Eaux (ADE) et de l’Hydraulique se sont présentés dans la région «juste après que nous soyons reçus par le chef de daïra d’Azazga en 2011». A l’issue de leur constat et de la localisation des points négatifs du réseau, notamment la nécessité de seconder l’unique agent chargé de la répartition de l’eau distribuée sur les 7 villages, plus aucune réapparition de ces services.
Les villageois ont fait remarquer que l’ADE a refusé de prendre en charge la conduite alimentant cet ensemble de villages en raison de la non-conformité de sa réalisation.  

Salah Yermèche
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article