Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

L’Algérie, majoritairement saharienne, nécessite toute l’attention de la part des spécialistes de la biodiversité et des décideurs en matière d’environnement. En effet, la bande des hauts plateaux, dominée par des habitats steppiques, abrite une biodiversité extrêmement originale. La région saharienne constitue aussi un enjeu majeur pour la biodiversité et le développement humain. L’alternance d’extension / contraction du désert au cours du Quaternaire récent y a généré un mélange d’espèces typiquement sahariennes et d’espèces paléarctiques et tropicales maintenant piégées dans des refuges constitués par les oasis ou les massifs montagneux (Hoggar, Tassili des Ajjer).
L’Algérie engage d’importants projets structurels en vue de protéger la biodiversité, et en particulier les écosystèmes steppiques et sahariens qui sont particulièrement menacés. Toutefois, il y a déficit en connaissance en écologie pour accompagner la mise en place de ces plans. L’étendue de l’Algérie, la difficulté d’accès aux régions sahariennes et le manque de coopération internationale sont à l’origine de la rareté des données sur tous les groupes faunistiques.
Pour combler le déficit en connaissances sur la biodiversité de cette région, nous avons pour projet d’utiliser les reptiles et les amphibiens comme modèle pour l’étude des patrons de diversité actuelle et future afin de localiser les points rouges de biodiversité et d’évaluer les taxons et les zones les plus menacés dans le contexte des changements globaux. Des cartes explicites de distribution des reptiles et amphibiens, un référentiel taxonomique pour ces groupes, une proposition d’un réseau d’aires protégées sont les objectifs fondamentaux de notre recherche.
Notre recherche sera conduite en deux étapes : (1) une exploration la plus complète possible de la diversité des reptiles et des amphibiens : données bibliographiques, inventaire sur le terrain et études génétiques ; (2) différentes analyses basées sur les SIG et des modèles mathématiques seront effectuées pour l’identification des hotspots locaux. Des modèles prédictifs de la distribution des espèces et les scénarios du changement climatique et d’usage des terres seront utilisés pour simuler les changements de la distribution géographiques des espèces et ainsi identifier les régions les plus fragiles. Ainsi, un réseau d’aires protégées pourra être objectivement défini.
L’immensité de l’aire d’étude et l’insuffisance des travaux sur l’Algérie, en particulier sur les zones arides, nécessite l’appui d’une démarche citoyenne dans la collecte de données. Un appel à contribution sera donc lancé à tous les naturalistes, voyageurs, universitaires, gestionnaires algériens ou étrangers qui visitent l’Algérie afin de constituer un réseau d’observateurs en Algérie.

Contacts  : menad.beddek@cefe.cnrs.fr / m.beddek@naturalia-environnement.fr

Mots clés : Algérie, amphibiens, reptiles, conservation, biogéographie, SIG, science participative

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article