Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Par MADIBA KEÏTA ( L'Essor).

Des experts de l’agriculture et des décideurs venus d’Afrique, de Chine et d’ailleurs sont réunis dans notre capitale dans le cadre d’une conférence sur l’agriculture, la sécurité alimentaire et le développement rural. La rencontre est organisée par le Comité d’aide au développement (CAD) et le Centre international de réduction de la pauvreté de Chine. Le Premier ministre Modibo Sidibé a présidé, hier à l’hôtel Laico Amitié, l’ouverture des travaux. La cérémonie s’est déroulée en présence de membres du gouvernement dont le ministre de l’Agriculture, Agatam Ag Alhassane. Cette conférence de deux jours planchera sur des questions relatives à l’agriculture, la sécurité alimentaire et le développement rural et leur contribution à la croissance et à la réduction de la pauvreté en Chine. Les réflexions porteront bien entendu aussi sur le soutien à l’agriculture, à la sécurité alimentaire et au développement rural en Afrique et sur les moyens d’accroître leur impact en termes de croissance et de réduction de la pauvreté. A l’ouverture de la conférence, le Premier ministre a jugé pertinent son thème en lien avec le choix fait par notre pays, qui bien avant la crise alimentaire de 2008, avait décidé de promouvoir le développement agricole compte tenu du poids de ce secteur dans l’économie nationale. En effet, l’agriculture occupe plus de 80% de la population active et contribue pour plus de 40% du PIB. Modibo Sidibé a relevé que la contribution de l’agriculture dans la formation du produit intérieur brut au cours des cinq dernières années avait évolué de 19,82% en 2005 à 22,32% en 2009. Lors de la campagne dernière, l’agriculture vivrière hors riz a représenté 14% alors que la branche consolidée du riz représentait à, elle seule, 5,7%. Par ailleurs en termes de contribution à la croissance, l’agriculture durant ces cinq dernières années, a contribué en moyenne à 1,7 point de pourcentage pour une croissance moyenne de 5% du PIB. La contribution a été particulièrement forte en 2008 avec un taux de 3,9 points de pourcentage. "Cette performance est due essentiellement à l’agriculture vivrière avec 1,9% et 1,8% respectivement pour l’agriculture vivrière hors riz et la branche consolidée du riz", a précisé le chef du gouvernement, avant de noter que la présente conférence coïncide avec la tenue du Salon international de l’agriculture (Siagri), véritable vitrine d’exposition des produits agro-alimentaires et de vulgarisation des nouvelles technologies de production. Le Premier ministre a rappelé que la plupart des pays d’Afrique ont, ces dernières années, évolué ensemble pour mettre l’agriculture et le développement rural en tête des priorités. Notre pays a, dès 2002, lancé le vaste chantier de définition des grandes lignes des politiques et stratégies du monde rural pour les 20 prochaines années. Ce chantier a abouti à l’adoption en 2006 de la Loi d’orientation agricole qui est aujourd’hui l’instrument fédérateur pour la mise en œuvre de la stratégie de développement agricole dont le but est de promouvoir une agriculture familiale durable moderne ainsi que l’entreprise agricole.


L’ambition du président de la République est de faire non seulement du secteur agricole le véritable stimulateur de la croissance mais aussi de faire du Mali une puissance agricole, un pays exportateur de produits agro-alimentaires, transformés et labellisés. L’objectif assigné à l’agriculture, à cet effet, est de porter la production, toutes céréales confondues, à 10 millions de tonnes à l’horizon 2012. Pour la réalisation de cette ambition, l’accent sera mis sur la maîtrise de l’eau et de l’irrigation. Le chef du gouvernement a ainsi révélé que dans un avenir proche, les aménagements de terres au Mali atteindront 810 500 hectares sur un potentiel de 2,2 millions d’hectares. 360 500 hectares seront en maîtrise totale d’eau. Une attention particulière sera portée sur la disponibilité et l’accessibilité aux intrants agricoles (engrais et semences). C’est dans cette dynamique, qu’a été lancée en 2008 l’Initiative riz qui a permis d’augmenter la production de riz de 50% par rapport à son niveau de la campagne précédente. Aussi, à la demande des producteurs, le président de la République a décidé d’étendre, pour la campagne 2009-2010, l’Initiative au maïs, au blé et au coton.


La production céréalière de cette campagne s’est élevée à 6,3 millions de tonnes toutes céréales confondues. Modibo Sidibé a relevé aussi que notre pays a également effectué de grands pas dans la modernisation de l’agriculture, comme en attestent les résultats des recherches effectuées par l’Institut polytechnique rural de Katibougou et l’Institut d’économie rurale. Ces deux centres de recherche ont mis à disposition de nos producteurs des variétés de céréales qui résistent bien à la sécheresse. Le Premier ministre a salué la dynamique coopération qui existe entre le Mali et la Chine et qui a permis de réaliser bon nombre de grands projets chez nous comme des unités industrielles dont la Comatex, la Sonatam, Sukala, l’UMPP, les Tanneries du Mali. La conférence s’achève aujourd’hui.


MADIBA KEÏTA
L’ESSOR
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article