Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

http://www.elwatan.com/

 le 22.05.14 | 14h28

Baptisé EAU II, ce projet qui a débuté en 2011 devra être finalisé fin 2015 avec la réalisation d’un centre de formation dans les métiers d’assainissement à Boumerdès et l’installation de plates formes pédagogiques pour la formation de 40% du personnel opérationnel de l’ONA, soit 5000 employés pour permettre à l’Algérie de faire face au problème du manque d’eau à l’avenir.

C’est ce qu’a souligné l’ambassadeur de l’UE en Algérie, son Excellence Marek Skolil, mercredi lors de la cérémonie de remise d’attestations à vingt formateurs dans les métiers dédiés à l’assainissement, organisée à la station d’épuration de Boumerdès. « Eau II constitue une nouveauté dans la panoplie des instruments de coopération entre l’UE et l’Algérie. Pour nous sa réussite est d’une très grande importance », a-t-il précisé.

 

Le programme en question vise à améliorer de la qualité des eaux épurées, réduire la prévalence des maladies à transmission hydrique (MTH) et renforcer la lutte contre les inondations et leurs conséquences. La commission européenne a dégagé 30 millions d’euro, dont 20 millions comme appui budgétaire et 10 millions comme aide complémentaire pour la finalisation du projet.

L’Algérie a contribué avec 1 milliard de dinars pour concrétiser le projet. En sus du programme précité, l’hôte de Boumerdès a affirmé que « l’UE est décidée d’aider l’Algérie pour lui permettre de généraliser la réutilisation des eaux usées épurées dans l’irrigation ». « L’Algérie est un pays où les ressources en eaux sont très limitées. Les stations d’épuration sont assez couteuses ce qui est insoutenable à long terme. La prochaine étape c’est donc d’essayer de généraliser l’utilisation des eaux épurées », a-t-il préconisé  avant de réitérer la disponibilité de l’UE à soutenir toutes les initiatives régionales et locales et les organisations non gouvernementales engagées en faveur de l’environnement et de la ressource en eau.

Intervenant lors de la cérémonie, le secrétaire général du ministère des ressources eaux, M.Merah, a indiqué que l’Algérie a réalisé plus d’une centaine de stations d’épuration durant ces dernières années, ajoutant que le véritable défi aujourd’hui consiste à former le personnel devant les faire fonctionner.

Ramdane Koubabi
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article