Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Dans le cadre de la rationalisation des dépenses publiques concernant les grands projets
  Les critères d'éligibilité des projets d'équipement du secteur des travaux publics définis
 

 

 
Le gouvernement a entamé la mise en application d'un nouveau dispositif inclus dans la loi de finances pour 2010 et annoncé par le ministère des Finances en janvier dernier, afin de  rationaliser les dépenses publiques concernant les grands projets. Pour cela, dans le secteur des travaux publics les critères d'éligibilité des projets d'équipement du secteur aux grands projets d'équipement public de l'Etat viennent d'être fixés par un  arrêté interministériel daté du 24 janvier 2010. Ce décret a été  signé respectivement par le ministre des Finances, M. Karim Djoudi et le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul. A cet effet, il est affirmé que tout  grand projet qui sera proposé à l'inscription doit être porteur d'un coût prévisionnel égal ou supérieur à vingt (20) milliards de dinars algériens et satisfaisant à un ou plusieurs éléments relatifs à l'impact direct ou indirect du projet sur l'environnement et notamment sur la santé publique, l'agriculture, les espaces naturels, la faune, la flore et la conservation des sites et monuments. De nombreux projets d'envergure visent notamment à une appréciation adéquate de l'importance des charges récurrentes sur le budget de l'Etat, à savoir les grandes infrastructures  telles que les routes et autoroutes (autoroutes et rocades ou pénétrantes urbaines à caractère structurant ainsi que les grands ouvrages d'art). Les ports et infrastructures maritimes (création de ports ou extension de capacités portuaires, spécialisés ou non y compris pour la pêche, protection de rivage ou digue ayant un impact important sur l'environnement et l'aménagement de la côte, création et réalisation de nouveaux quais et de signalisations maritimes, programme de gros entretiens "dragage et déroctage" ou de renforcement ou empiétement d'ouvrages maritimes)  et, enfin, les aérodromes(autres infrastructures ou équipements d'aide à la navigation aérienne ou de météorologie). En outre, Il est à noter qu'en vertu des nouvelles dispositions contenues dans la loi de finances pour 2010, toute réévaluation de 15% du coût d'un grand projet dépassant les 20 milliards de dinars sera soumise à l'avenir à l'appréciation du Conseil des ministres.  C'est une manière de donner un tour de vis pour tenter de juguler les dépassements constatés auparavant sur la trentaine de projets qualifiés de grands chantiers. Le décret 98 227 du 13 juillet 1998, modifié le 3 mai 2009, avait déjà balisé le terrain réglementaire à travers une nouvelle définition des grands projets et un recadrement des modalités de maturation et d'exécution des projets mobilisant des ressources financières importantes de la part de l'Etat.
Nassim  I.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article