Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 


Dans un discours lu en son nom par son représentant personnel, Abdelaziz Belkhadem, à l'occasion de la réunion de l'Organisation arabe pour le développement agricole (OADA), dont les travaux se poursuivent à Alger depuis lundi dernier, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rappelé les cinq grands programmes initiés dans le secteur agricole, que sont la «lutte contre la désertification», la «protection des bassins versants», la «protection et le renforcement du patrimoine forestier», la «protection des écosystèmes» et la «mise en valeur des terres agricoles».

C'est, a-t-il affirmé, un programme qui relève du renouveau rural, concourant à «l'amélioration des conditions de vie, et des revenus des ménages ruraux, et à la revitalisation des territoires ruraux». La politique du renouveau agricole initiée il y a quelques années semble avoir produit des résultats probants. C'est une politique étendue dont ont bénéficié un ensemble d'exploitants.

Elle embrasse, note le chef de l'Etat, trois autres programmes portant respectivement sur le «renforcement des services agricoles et forestiers» et la «consolidation des ressources humaines», sans oublier les aspects liés aux «assurances» et au «financement rural». Ce sont des défis que s'est lancée l'Algérie, des défis aussi «complexes» que «nombreux» qui montrent «tout l'intérêt» que le secteur agricole et le développement rural accordent à la fois à la «connaissance et aux exigences que suppose une économie agricole moderne», ainsi que l'a fait remarquer Abdelziz Bouteflika. Et de poursuivre, la politique de renouveau agricole et rural oeuvre également à «la promotion de l'investissements privé» dans l'agriculture, en mettant en place un dispositif de partenariat entre secteur privé et secteur public dont la finalité est «d'optimiser» nos potentiels agricoles, «d'augmenter» nos capacités de production et de «renforcer» notre potentiel productif agricole, notamment pour la filière «semences», «plants» et «géniteurs».

Le chef de l'Etat a par ailleurs souligné que les défis que nous avons à relever sont d'ordre «global, régional, et local», et nécessitent un traitement impliquant «nécessairement une mise en synergie plus forte de nos actions et un partenariat viable et constant avec d'autres ensembles régionaux et les institutions multilatérales spécialisées». Le président de la République a également insisté sur la nécessité de «réduire» notre dépendance des marchés internationaux. Et d'ajouter plus loin que c'est dans le domaine agricole qu'on a cependant réalisé le «moins de progrès» pour diminuer à travers le monde les «barrières commerciales», les intérêts aussi bien des pays en voie de développement que ceux développés.

L'OADA est fortement présente en Algérie. Elle y contribue à la mise en oeuvre d'un ensemble de programmes d'appui à l'agriculture, notamment pour ce qui est de la formation. Elle essaye de donner du sang neuf à la coopération interarabe dans le domaine agricole. Dans un document qu'elle a confectionné à la faveur de cette rencontre à Alger, l'OADA a mentionné que la sécurité alimentaire dans les pays arabes «s'est beaucoup améliorée», même s'il reste beaucoup à faire. Les exportations des produits agricoles arabes sont passés de 9,6 milliards de dollars en 2007 à 11, 5 milliards de dollars en 2009, soit un relèvement de 19,8%, y est-il écrit.

A l'inverse, les importations ont pris des courbes ascendantes alarmantes, passant de 34,6 milliards de dollars en 2007 à 39 milliards de dollars en 2009. L'OADA, dans un souci de réduire cette facture alimentaire, apporte son soutien à un projet de taille initié par un groupe de pays arabes. C'est un projet colossal auquel a été alloué vingt-cinq milliards de dollars, un montant mobilisé par les Arabes.

Il sera mis en oeuvre en trois étapes : la première s'étalera de 2010 à 2015, la deuxième de 2015 à 2020, la troisième de 2020 à 2030.

 

Youcef Salami

29 Avril 2010

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article