Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

La Tribune (Algiers) 

 

14 Février 2010


La situation des zones humides dans la wilaya d'Oran n'est pas très reluisante. A l'occasion de la Journée mondiale des zones humides, le bilan établi par les acteurs et les associations présentes dans ce secteur est effarant.

Dans la wilaya d'Oran, il existe 8 zones humides dont 4 classées mondialement dans le cadre du programme Ramsar. Ces zones restent abandonnées et livrées à elles-mêmes des années durant. A titre d'exemple, la plupart de ces zones sont en proie aux déversements d'eaux usées et la prolifération de décharges sauvages d'ordures ménagères et autres déchets industriels de toutes sortes, comme les gravats de matériaux de construction, les déchets avicoles, les détritus des usines limitrophes situées dans la zone d'activité de Benfreha, Oued Tlelat ou Hassi Ben Okba. Les zones humides en question abritent des lacs impressionnants qui restent hautement pollués par ces rejets. Il s'agit de Dhaya Morsli ou encore Dhayet Oum El Ghellaz, le lac Telamine et d'autres aux alentours de la grande sebkha.

L'une des conséquences majeures dans ces bouleversements des environnements immédiats de ces zones, c'est la baisse du nombre d'oiseaux pèlerins provenant d'Europe, de Namibie ou d'ailleurs. Trouvant habituellement refuge dans ces lacs, les oiseaux migrateurs ont finalement préféré d'autres régions plus clémentes et moins polluées.

Ainsi, selon les responsables du dossier «ornithologie» de la direction des forêts, le nombre d'oiseaux migrateurs enregistré cette année est passé à 48 680 oiseaux, alors que durant la même période de l'année 2008, le nombre d'oiseaux recensés était de 97 918, nous dit-on. Les flamants roses ont été la curiosité des familles oranaises qui se sont intéressées au sujet de ces êtres, si fragiles et exotiques à la fois.

Officiellement, pour les responsables de la direction des forêts de la wilaya d'Oran, le net recul du nombre d'oiseaux dans les zones humides est dû au climat de sécheresse qui sévit dans la wilaya, révèle-t-on. Notons enfin qu'une cinquantaine d'espèces d'oiseaux migrateurs sont recensées, chaque année, dans ces zones humides. Ces espèces effectuent leur transit via les zones humides de la wilaya d'Oran à destination des régions les plus chaudes d'Afrique et d'autres régions et continents de la planète.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article