Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

par H. Barti, Le Quotidien d’Oran, le 5 février 2008

46 ans après son indépendance, l’Algérie va enfin récupérer une partie des archives nationales filmées durant l’ère coloniale, jusque-là détenues par l’Institut français de l’audiovisuel (INA).

Cette cession d’une partie des fonds documentaires datant de l’ère coloniale se fera aujourd’hui au profit de la télévision algérienne, lors d’une cérémonie officielle, par le président de l’INA, M. Emmanuel Hoog, conformément à un protocole d’accord-cadre signé entre les deux parties en septembre dernier. Selon les termes de ce protocole, paraphé le 11 septembre à Paris par le directeur général de l’Entreprise publique nationale de télévision (EPTV), M. Hamraoui Habib Chawki, et le président de l’Institut français de l’audiovisuel (INA), M. Emmanuel Hoog, les deux parties s’engageaient « à mener une réflexion rapide sur les conditions dans lesquelles l’EPTV pourra avoir l’usage des archives (télévisées) détenues par l’INA et produites avant l’indépendance de l’Algérie ». Un deuxième protocole d’accord, signé lors de la visite du président Sarkozy en Algérie au début du mois de décembre 2007, scellera définitivement cette restitution au profit de l’Algérie d’une partie de sa mémoire audiovisuelle d’avant 1962.

Mais c’est ce protocole d’accord-cadre signé entre les patrons de l’INA et l’EPTV qui a permis de mettre sur rail cette coopération inédite entre les deux institutions, avec à la clé l’assistance à différents projets liés notamment à la conservation et l’exploitation des archives télévisées. L’INA propose, grâce à cet accord, formation et expertise en matière de gestion de « l’environnement juridique de la conservation et de l’exploitation des archives audiovisuelles » de la télévision algérienne. L’accord prévoit aussi une assistance pour la construction, dans les locaux de l’EPTV, d’un centre des archives. Il préconise aussi un transfert de savoir-faire en matière de numérisation et de mise en ligne sur le réseau Internet des archives de l’EPTV.

La coopération EPTV-INA devra également porter sur la fourniture, par le partenaire français, d’un thésaurus « en vue de l’indexation/documentation des archives audiovisuelles ». Ainsi contrôlé et structuré, ce système permet de retrouver rapidement et de manière rigoureuse, dans un fichier ou une base de données, les documents pertinents répondant à une question précise d’un utilisateur.

A noter enfin que le ministre des Moudjahidine, M. Mohamed Chérif Abbas, a qualifié hier de « pas encourageant » la réception par l’Entreprise nationale de télévision d’une partie des archives nationales filmées durant l’ère coloniale. Dans une déclaration à la presse, en marge de l’adoption du programme de célébration de la Journée nationale du chahid, M. Chérif Abbas, qui a dit ignorer le contenu de ces archives, s’est déclaré « satisfait » de cette nouvelle, qui ne peut être qu’un « pas encourageant à saluer ». A une question relative au fait que les archives réceptionnées récemment de France n’aient pas encore été révélées aux chercheurs et aux spécialistes, le ministre a répondu que « c’était une question d’organisation et de classification des archives, qui constitue une opération très difficile en raison de l’absence d’archivistes ». « Nous avons besoin de temps pour accomplir ce travail en vue de tirer profit de ces archives et faciliter l’écriture de l’histoire de notre pays », a expliqué M. Chérif Abbas, soulignant qu’ »une partie de ces archives est actuellement exploitée ».

H. Barti
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article