Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

Des femmes rurales de Boutlélis se lancent dans la tapisserie

APS

ORAN - L’association de la promotion de la femme rurale "Main dans lamain" qui a tissé depuis plusieurs années une relation fructueuse avec des femmes rurales de la localité de Boutlélis (Oran), vient de se lancerdans la fabrication de tapis.

"Nous avons décidé de relever un challenge, celui de se lancer dans le tissage du tapis, une activité artisanale inexistante dans cette commune rurale", a souligné la présidente de l’association "Main dans la main", Baba Ahmed, en marge d’une exposition de produits de tissage réalisés par des femmes et organisée à la maison de Culture de Boutlélis.

Nous avons formé des femmes rurales vivant dans la précarité pour leur assurer un travail régulier afin d’améliorer leurs conditions de vie", s’est-elle félicité.

Elle a expliqué que cette initiative a été rendue possible grâce à la "complicité, voire la vitalité de Hadj Briksi, un vieil homme de Tlemcen fasciné par le tapis" qui a offert quelques métiers à tisser à l’association. Le but étant de permettre aux femmes intéressées de s’initier à l’art et aux techniques du tissage du tapis ainsi que les modèles à tisser.

"Pour un début, l’expérience est encourageante. Les femmes rurales disposent de la matière première nécessaire. Les tapis produits ont très vite trouvé preneurs", a souligné Baba Ahmed, qui ambitionne de passer à une étape supérieure en formant d’autres femmes sur le tissage du tapis avec la création d’une coopérative de tissage, assurant que les retombées pour ces femmes rurales n’en seront que "positives".

Toutefois, ce projet bute sur le problème de l’absence d’un local pour abriter un atelier plus grand. Cette entrave ne semble pas altérer la détermination des membres de l’association à mener jusqu’au bout ce projet.

"L’important est de créer ensemble cette coopérative de tissage pour assurer la pérennité de ce projet au niveau local et perpétuer cet art ancestral", a souligné la présidente de l’association.

Hadj Briksi, qui œuvre pour la valorisation de cette activité, de plus en plus menacée de disparition, s’est dit pleinement satisfait du travail réalisé par l’association.

Le plus important pour moi est d’avoir répondu aux attentes de cette association et de voir ces femmes et jeunes filles travailler le tissage du tapis", a-t-il indiqué avec sagesse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article